Mardi 11 octobre 2016 à la Cigale avait lieu la première édition du PRIX DES INDES qui récompense les artistes et labels pour leur apport essentiel à la scène musicale d’aujourd’hui. Que retenir de cette soirée ? Qui sont les lauréats ? Bilan.

Ils étaient nombreux ce soir là, producteurs, distributeurs et artistes à assister à cette première édition du PRIX DES INDES. Une toute première en France, dans la mythique salle de La Cigale. Sous l’impulsion de la SPPF et animée d’une main de maître par la douce Leïla Kaddour (nouveau visage des JT de France 2), le show s’est avéré surprenant en récompensant des artistes variés. Au total ce sont huit prix : quatre attribués par la SPPF (présidé par Emmanuel de Buretel) et quatre soumis au vote d’un jury composé de professionnels de la distribution physique et numérique (sous la présidence de Didier Varrod) qui ont été distribué lors de cette soirée d’une heure et demi.

C’est l’artiste extravagant Jacques qui a ouvert la cérémonie avec son titre Dans la radio, bricolé à base de sons captés à l’intérieur de la Maison de la Radio, représentant parfait de toute une nouvelle génération d’audacieux et de créatif. Avant que n’entre en scène la première nominée pour le prix du meilleur album ALA.NY avec son titre Cherry Blossom (You & I-No format). Gracieuse face à son micro rétro, elle fait résonner son incroyable voix accompagnée de musiciens à la harpe, au violoncelle et à la guitare. Dans cette catégorie ils sont trois nommés à venir défendre leur talent :
– Sage, interprète leur planant Time Never Lies en duo guitare voix. (SAGE-Green United Music)
– Jeanne Added, chante et réveille la salle avec It. (Sensational-Naive)
Trois prestations live équivalentes et difficiles à départager, pour lequel le prix du jury est finalement remis à Jeanne Added pour son album Sensational.

Dans la catégorie prix de l’album révélation cette fois il faut compter sur :
– Radio Elvis (Les conquêtes-PIAS)
– PNL (Le monde Chico-QLF Records)
– The Luminanas (Malamore-Because Music)
C’est avec mérite que Radio Elvis remporte le trophée. Présent lors de la cérémonie le groupe de rock parisien à la marinière noir et blanche, réchauffe le public avec une interprétation de leur déjà célèbre Les moissons.

Vient le tour de la remise du prix de l’album audacieux. Ils se battent pour ce prix :
– Bachar Mar Khalifé (Ya Balad-InFine)
– Alain Chamfort (Versions revisitées-PIAS)
– Ballaké Sissoko et Vincent Segal (Musique de nuit-No format)
Là aussi peu de surprise quant au vainqueur : Bachar Mar Khalifé. L’artiste engagé triomphe avec son univers musical bouleversant, ode à son pays natal quitté il y a 30 ans.

bachar
©Pascal Montary

Le dernier prix récompense le meilleur vidéo-clip, sont nommés :
– Odezenne pour son clip animé lubrique, provocant et poétique Bouche à lèvres (Tôt ou Tard)
– Flavien Berger pour son magnétique Léviathan. (Pan European Recording)
– Abd Al Malik avec son hommage à Daniel Darc. (PIAS)
Heureux et plus que méritant vainqueur, Odezenne. Aucune objectivité chez Untitledmag. On les adore depuis longtemps –> interview.

C’est maintenant que la soirée se complique et que les choix des prix se font plus déroutants. Ces derniers remis cette fois par la SPPF récompense tout d’abord le titre le plus streamé en la présence de Jul (Musicast). Ovni musical dans cette soirée qui revendique la découverte de talent novateur. Venu interprété en survêtement crête blonde le morceau assez pauvre Mon bijou (T’es mon bijou, j’suis fou de toi, j’veux mon bisou). Avant que ne soit à son tour primée Christine & the queens (Because) pour le prix du meilleur album à l’export. Puis le meilleur « petit » label attribué à Ed Banger. Ce dernier dirigé par Pedro Winter (alias Busy P) rend un hommage émouvant à son acolyte et ami Dj Medhi décédé en 2011.

ed-banger
©Pascal Montary

Tout au long de la soirée remettants (Yaël Naim, David Donatien, Franck Annese, Joachim Roncin) et artistes prestigieux (Breakbot) s’enchainent devant l’oeil souriant de Jack Lang. Venu soutenir une fois de plus la création et l’innovation musicale, il est récompensé pour l’ensemble de son oeuvre (loi Lang) par le prix d’honneur.

jack-lang-et-emmanuel-de-buretel
©Pierre Blanc

Malgré une forme de complaisance désagréable entre « gens du milieu », le PRIX DES INDES demeure une cérémonie nécessaire pour la mise en avant des labels et artistes indépendants qui osent et proposent des projets innovants au public.

Diffusé sur France 4 le 4-5 novembre 2016 et sur Culturebox à partir du 17 octobre.

en.pdf24.org    Send article as PDF