Nouvelle création de la compagnie Babel créée par la metteuse en scène Elise Chatauret en collaboration avec le dramaturge Thomas Pondevie, Pères se propose d’explorer les différentes formes de paternités dans le cadre d’un dispositif itinérant mis en place par le Nouveau Théâtre de Montreuil. À découvrir dans divers lieux de Montreuil jusqu’au 28 avril.

Fruit d’une commande, Pères s’inscrit dans la démarche atypique du Théâtre de la Poudrerie à Sevran. Ce dernier créé des pièces avec et pour les habitant.e.s du cru, pour quelles soient jouées dans leurs appartements. La compagnie Babel ayant fait de l’enquête documentaire et de la compilation de paroles, la base même de son processus créatif, il n’en fallait pas plus pour partir à la rencontre de la population de Sevran ainsi que celle de Malakoff afin de les interroger sur le thème de la famille. Rapidement, au fur et à mesure des entretiens qu’ils soient avec un.e individu.e, un.e professionnel.le ou une institution, le constat de l’omniprésence des femmes est flagrant. Où sont donc les hommes lorsqu’il s’agit de famille ?

En voilà deux sur scène. Qu’importe leur âge, leur origine, leur parcours, ils restent tous deux fils de leur père. Une photo d’eux enfants à la main, ils ébauchent leur relation filiale. Des figures commencent à apparaitre : le pater familias strict et autoritaire, le père absent, le papa poule. Puis par des renversements ingénieux, les deux tables du décor s’ouvrent pour faire sortir une voix d’un haut parleur ainsi que les silhouettes dessinées de ses diverses figures paternelles. Alors que les comédiens nourrissent l’espace sonore par des témoignages venus de fils de tous âges mais aussi de pères de famille, au fond de la scène, un vaste tableau blanc se remplit progressivement de mots, de portraits, d’images publicitaires. Se fait jour une histoire de la paternité, partant de Dieu le père, passant par la Grèce antique où le père avait droit de vie et de mort, rappelant que jusqu’à peu il était question de patronyme et non de nom de famille, s’intéressant aux récents débats entourant le congé parental, abordant l’homoparentalité et la GPA, et finissant par se demander quelle sera la prochaine étape. Tracée par cette foule de témoignages, également économique et sociologique, la structure de la société patriarcale basée sur la reproduction de la domination, s’affirme désarmante de naturel. Quand l’intime fait résonner le politique.

Loin d’une pièce à thèse dont la volonté de convaincre passerait par un usage offensif des mots, Pères surprend par sa douceur et sa tolérance. Pas question de juger ou de moquer tel ou tel propos mais au contraire de les écouter, de les considérer, afin des les associer à la recherche d’une nouvelle paternité. Pour une transmission plus équitable et ouverte par laquelle nous sommes tous.tes concerné.e.s.

« Pères »
écriture, dramaturgie et mise en scène Elise Chatauret et Thomas Pondevie
avec Laurent Barbot et Iannis Haillet

au Centre social Lounès Matoub, Montreuil le 26 avril, au Centre social Guy Toffoletti, Montreuil le 27 avril, au Centre social Grand Air, Montreuil le 28 avril.