Présente ce soir sur le MaMA Festival 2018, nous avons eu la chance à cette occasion d’échanger avec la jeune bordelaise sur son premier album, concrétisation d’un parcours musical entamé il y a déjà bien longtemps!

Naya et sa musique devraient, si vous la découvrez seulement, avoir l’effet d’un véritable rayon de soleil sur votre journée. Aussi bien dans sa peau qu’à l’aise sur scène, Naya a rempli le Café de la Danse il y a un mois et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Tu as commencé la musique très jeune. Comment s’est passé cet apprentissage ?
J’ai commencé le piano à l’âge de 5 ans au conservatoire. Quelques années plus tard, mon père m’a montré quelques accords à la guitare. C’est à ce moment-là que j’ai commencé le chant. Je faisais beaucoup de reprises notamment des Beatles, d’Oasis ou de David Bowie. Je me suis rapidement produite sur des scènes locales, vers l’âge de 11 ans. Au fur et à mesure des concerts, je me suis fait remarquer dans la région bordelaise. En 2014, j’ai été finaliste de l’émission The Voice Kids. Après cette expérience télévisuelle, j’ai continué les concerts et assuré de multiples premières parties (Fauve, Mademoiselle K). J’ai signé un contrat discographique chez Sony/Columbia en 2016.

Qui était ton idole pendant ton enfance ?
A l’âge de 6 ans, j’ai découvert les Beatles. Ca a été une vraie révélation. Le sens mélodique de leurs chansons, leurs textes, tout m’a plu et m’a beaucoup influencé pour commencer la pratique du chant et d’un instrument. Mais je t’avoue qu’il y a eu plusieurs phases : d’abord John Lennon puis Jake Bugg, et ensuite je me suis intéressée à la carrière et aux chansons de Serge Gainsbourg.

Et quels artistes écoutes-tu en ce moment ?
Sigrid
, Aurora et Lorde sont des artistes que j’écoute en ce moment. Il y a aussi Arcade Fire ou Beck.

Tu composes toi-même tes chansons, dont la maturité est déconcertante pour ton jeune âge. Quels sont les thèmes qu’il te tient à cœur d’aborder ?
Sur RUBY, je voulais parler de ce passage entre le monde adolescent et le monde adulte : les ambitions, les rêves, les peurs, les déceptions, les souhaits et l’appréhension.

Tu mélanges anglais et français dans tes textes, par quoi ce choix a-t-il été motivé ?
J’écris plus naturellement en anglais depuis mes débuts. Mais le français étant ma langue maternelle, il y avait toujours des mots et des phrases en français dans mon carnet de notes. En début d’année 2018, j’ai écrit une adaptation française de ma chanson Girl On The Moon et j’ai eu d’excellents retours. J’ai donc continué à écrire en français tout en gardant certaines chansons en anglais. Ce qu’il faut savoir, c’est que les chansons en français sur l’album existent aussi en anglais pour l’étranger !

Tu as d’ores-et-déjà eu l’occasion de te produire lors de grands festivals, quel est celui qui t’a le plus marqué et pourquoi ?
Si je devais en retenir un, ce serait le Glastonbury festival sur les terres anglaises. J’ai eu la chance de m’y produire l’année dernière, c’était une aventure magique ! L’ambiance du festival est incroyable.

Aussi, j’ai joué à Musilac il y a deux ans et j’avais passé un très bon moment, le cadre de ce festival est magnifique, c’est au bord du lac du Bourget. Et surtout, j’ai croisé Elton John dans le village des artistes !

Comment s’est passé ce premier mois, suite à la sortie de ton album Ruby ?
J’ai été très sollicitée : promos, showcase, nombreux voyages, concerts et tout s’est vite enchaîné. La sortie d’un album, c’est un accomplissement. Les retours me touchent, m’encouragent et me donnent de la force pour l’avenir. Maintenant, place à la tournée ! Je pars sur la route avec Charlie Winston pour assurer ses premières parties.

Parle nous de ta rencontre avec Tom Grennan et la naissance de votre morceau !
J’ai rencontré Tom avant l’été à Paris pour un showcase au Flow. Il m’a vu sur scène et a apprécié mon concert. On s’est bien entendu. Quelques jours plus tard, Tom m’a contacté pour me proposer un duo. J’ai écrit une adaptation française de Coming Back To You : Quelque chose de toi. Nous sommes allés l’enregistrer en studio à Londres au mois d’août. Travailler avec des producteurs et musiciens anglais a été une très belle expérience.

Avec qui d’autre rêverais-tu de collaborer ?
J’aimerais travailler avec le producteur américain Jack Antonoff ou collaborer avec Imagine Dragons !

NAYA © LOUISE CARRASCO

Retrouvez Naya au MaMA festival ce soir ! Elle se produira au Bus Palladium à 22h30. Pass journée à 24€ (regular) ou 21€ (réduit) par ici !

SHARE