Cyrille Corlays, alias Näutil, street-artiste français, revient sur les côtes normandes avec son graff d’un éléphant mutilé pour sensibiliser la population à la souffrance animale.

Après « The Eye », un œil géant peint à la bombe sur un bunker d’une plage normande, Näutil réitère avec un éléphant ensanglanté à Biville, dans la Manche. Cette œuvre est accompagnée de la légende suivante : « C’est l’histoire d’un blockhaus. Un blockhaus sans défense », à l’image de cet animal peint, dont les défenses ont été arrachées. Une belle image représentée sur un bloc de béton échoué sur le rivage depuis plus de 70 ans pour exprimer la violence faite aux animaux par les humains, et ainsi sensibiliser les promeneurs à ce fléau.

© Cyrille Corlays / Näutil

A ce propos, Cyrille Corlays affirme : « Il serait temps que l’homme ait un rapport sain et juste avec l’animal. Une paix. Leur laisser la paix. Ce blockhaus fait pour apporter la mort, a été détourné comme porteur d’un petit message de vie. »

© Cyrille Corlays / Näutil

« The Eye : on ferme ! »

« The Eye », cet œil géant graffé sur un bunker qui regardait l’océan avec attention, s’est progressivement refermé pour ne plus jamais s’ouvrir de nouveau. Näutil a décidé de retravailler son œuvre de la sorte, car selon lui « tout ce qui est immobile meurt, et la vie finalement, ce n’est rien d’autre que le mouvement. Tout change, tout se transforme et rien ne dure à l’identique, que ce soit la météo, les sentiments, l’Histoire… C’est porté par cette logique naturelle que j’ai décidé de ferme l’œil. »

© Cyrille Corlays / Näutil

Des messages forts émis dans l’espoir que les citoyens se penchent sur ces sujets d’actualité sensibles.

Retrouvez son histoire et ses œuvres sur sa page Facebook et son site internet.

SHARE