Jusqu’au 10 juillet, Le Musee Jacquemart André se pare des plus beaux bijoux de l’histoire de l’art. Avec l’exposition de 53 œuvres issues de la collection d’Alicia Koplowitz, l’Espagne et la femme sont mises en lumière.

Avec l’exposition De Zurbarán à Rothko, le Musée Jacquemart André nous propose une plongée dans l’intimité d’une collection. Associations, dialogue et rapports entre les œuvres sont retranscrits dans le magnifique hôtel particulier du XIXème siècle. La collectionneuse Alicia Koplowitz y propose de magnifiques pièces issues de différents courants, collectées de différents siècles. Une jolie plongée intimiste dans le temps.

La collection, un art de vie

Alicia Koplowitz voulait faire les Beaux Arts, mais elle s’est engagée dans une voie différente. Aujourd’hui à la tête de l’entreprise Grupo Omega Capital, elle traite l’art différemment : elle le collectionne. Le rapport qu’elle entretient avec les œuvres est emprunt d’une affection toute particulière pour les artistes espagnols, ceux de son pays. Débutant au XVIème siècle, sa collection s’étale de Luis de Morales (1509-1586) à Miquel Barceló (né en 1957). Elle renferme de vrais maîtres de l’art comme Goya, Guardi, Toulouse Lautrec, Gauguin, Van Gogh, Picasso, Modigliani, de Staël, Rothko, De Kooning, Giacometti, Bourgeois… Tant de noms qui ont marqué l’histoire et que la scénographie a choisi d’apposer davantage comme ils sont pensés chez Alicia Koplowitz que chronologiquement. C’est majoritairement la femme qui est mise à l’honneur. Modèles, collectionneuses et artistes se croisent tout au long de l’exposition. Une belle manière d’ouvrir la porte de l’intimité d’une collectionneuse.

De grands noms qui forment un extrait de collection intéressant. On y découvre comment l’achat se pense et quelle pièce est imaginée avec une autre. Pourtant l’omniprésence du nom de l’entreprise d’Alicia Koplowitz peut interroger sur la place que celle-ci joue dans la mise en place de l’exposition. Si la médiation met l’accent sur le rapport passionnel de la collectionneuse à ses œuvres, l’entreprise au nom placardé, chuchote des allures de communication/publicité. Bien que la beauté de l’exposition compense largement cette omniprésence, c’est dommage. L’idée de la pureté et du désintéressement à l’art s’en trouve un peu biaisé.

ob_bcfc6d_539382b44be1a94e590691bc591dbb77
Lucian Freud (1922 – 2011) – Fille au manteau de fourrure – 1967 Huile sur toile – 61 x 51 cm © Collection Alicia Koplowitz – Grupo Omega Capital Ω, Fukuoka Sogo Bank Ltd. /© Lucian Freud Archive/Bridgeman Images
PicMonkey Collage
Francisco de Goya y Lucientes (1746-1828) – Portrait de la comtesse de Haro – Vers 1802/1803 Huile sur toile – 54,3 x 35,5 cm © Collection Alicia Koplowitz – Grupo Omega Capital Ω
..

De Zurbarán à RothkoCollection Alicia Koplowitz – Grupo Omega Capital, jusqu’au 10 juillet 2017
Musée Jacquemart André, 158 boulevard Haussmann 75008 Paris
Plein tarif : 13,50€ – tarif réduit : 10,50€

PDF24    Send article as PDF