Netflix et ses productions originales n’en finissent plus de nous surprendre. Après Master of None, véritable succès de la plate-forme de streaming dont nous vous parlions déjà et nommé aux Golden Globes, le site revient avec une anti comédie romantique : LOVE. Car oui, l’anti comédie romantique est la nouvelle mode dans les séries. On envoie valser les clichés et la facilité des rom com très populaires il y de nombreuses années et dont le fer de lance semble avoir été Pretty Woman ou encore Love Actually. Ici tout est plus terre à terre, plus compliqué, moins joyeux et terriblement moderne. Co-produite par Judd Apatow, véritable icône de ces films prenant de contre pied les comédies romantiques (il a notamment réalisé 40 ans : Mode d’emploi ou encore 40 ans toujours puceau qui a eu le mérite de révéler le grand Steve Carell), LOVE est une réussite dont les dix épisodes remplissent leur rôle : nous faire partager une histoire d’amour pas comme les autres avec ses joies mais surtout ses déconvenues.

love-netflix-series-trailer-00

La série présente deux cœurs brisés dont les routes vont finir par se croiser. Gus, trentenaire décrit comme un « nice guy » au physique atypique interprété par Paul Rust et Mickey, jouée par Gillian Jacobs, alcoolique sans langue de bois dont la vie ne cesse de lui poser des problèmes. De cette rencontre naît un petit coup de foudre dont la première partie est beaucoup plus concentrée sur le point de vue de Gus avant d’adopter celui de Mickey par la suite. Et là où LOVE fait toute la différence c’est par sa capacité à aborder les problèmes sentimentaux en faisant référence à des situations qui peuvent parler au spectateur. Par exemple Gus totalement en panique car Mickey n’a pas répondu à son SMS – occupée par son travail – et qui va finir par craquer petit à petit en disant à son ami qu’il termine toujours par perdre le contrôle et inonder de SMS les filles à base de « gros pavés ». L’amour 2.0. Celui décrit par Aziz Anzari dans Master of None également, celui des réseaux sociaux dans nos relations, du texto sans réponse, LOVE abordant même… l’espionnage sur Facebook. Gus est un être peu confiant se plaignant que les filles qu’il attire finissent à en avoir marre de lui car il fait des conneries, impossible de ne pas avoir de sympathie pour celui-ci et se reconnaître dans les moments rocambolesques qu’il traverse. La scène la plus significative montrant la haine des scénaristes vis-à-vis des comédies romantiques est celle pendant laquelle Gus balance ses Blu-Ray par la fenêtre de sa voiture après avoir rompu : « Pleasantville ? Va crever Pleasantville ! Pretty Woman ? Pretty Woman est un tissu de mensonges. Une prostituée ne tomberait jamais amoureuse de toi. Elle te piquerait tes affaires et les revendrait pour acheter de la coke. ». Oui, l’humour est très grinçant et très noir. Du Judd Apatow quoi, ne vous attendez pas forcément à de la finesse.

netflix-love-serie-streaming-gillian-jacobs

Les personnages possèdent tous d’énormes vices et cherchent à s’en cacher même si la plupart du temps la vérité éclate au visage du spectateur. Ils se droguent, couchent pour éviter d’être renvoyés et mentent au travail tout en se faisant sans cesse écraser par leurs patrons. La vie n’est pas un long fleuve tranquille dans LOVE. Alors que Gus par sa gentillesse tente d’être réglo avec tout le monde, Mickey et son manque de tact possède un véritable don pour se mettre dans la panade. Et c’est la seconde partie de la série se concentrant sur elle qui va s’avérer la plus sombre et déprimante. Après un premier rendez-vous avec Gus – celui où l’on se rend compte des divergences probables avec notre potentiel nouveau partenaire – la série prend un virement inattendu qui vous plaira, ou non, les critiques étant divisées sur ce final. Nul doute qu’en offrant un dernier épisode aussi surprenant et prenant à contre pied les comédies romantiques, LOVE ne vous laissera pas de marbre. Rien n’est prévisible dans cette nouvelle série et c’est ça qui fait la fraîcheur de celle-ci : réussir à offrir quelque chose de nouveau en recyclant du vieux, comme si les scénaristes adressaient un gros doigt d’honneur à toutes les histoires d’amour commençant par une rencontre hors du commun, un enchaînement de problèmes se réglant tout de même par un bel happy end et un baiser final sur fond de « The End ». Le spectateur d’aujourd’hui est beaucoup plus à la recherche de choses qui lui parlent et lui offrent une véritable réflexion sur les complexités des relations.

Vous l’aurez compris : on vous conseille LOVE. On vous conseille LOVE pour sa capacité à enchaîner les scènes vous rappelant sans doute votre propre vie, ses personnages atypiques loin des canons de beauté mais tellement attachants et sa love story finalement banale, ponctuée de problèmes mais en même temps si spéciale. Merci encore une fois Netflix d’offrir du contenu de qualité. A noter que, surprise, l’un des épisodes est réalisé par le grand acteur Steve Buscemi; on ne peut pas trouver meilleur argument.

PDF24    Send article as PDF