Sélection Acid du Festival de Cannes en 2020, Loin de vous j’ai grandi est un documentaire presque naturaliste, de Marie Dumora, qui suit Nicolas, un jeune adolescent qui grandit dans un foyer dans l’Est de la France. Mais Marie Dumora n’en est pas à son premier coup d’essai : elle avait déjà réalisé un film avec Sabrina, la mère de Nicolas, à 10 ans et à 16 ans, lorsqu’elle venait d’accoucher de Nicolas. C’est donc le 3e témoignage d’un cycle cinématographique qui parle de territoires délaissés, de familles qui se battent et d’adolescence en situation de précarité.

Aux confins des Vosges, dans la vallée de la Bruche, ancien territoire industriel d’extraction de minerai et d’industrie textile, à Schirmeck, Nicolas a 13 ans et vit en foyer. Marie Dumora suit son évolution, son cheminement et ses rapports avec Sabrina, sa mère qui cherche à le faire revenir à la maison. Marie Dumora signe un documentaire naturaliste, pour une plongée dans l’intimité d’une famille d’un territoire en désuétude.

Filmer l’adolescence

Marie Dumora filme au 50mm, parfois de très près, cet adolescent parfois taiseux parfois blagueur qu’est Nicolas. En foyer depuis plusieurs années, on suit ses après-midis avec son ami Saïf, arrivé en France par la mer. On les voit se promener dans les bois. Parfois Nicolas fugue. Il aime l’Odyssée et l’histoire d’Ulysse, qui s’est exilé loin de son chez-lui durant des années. Nicolas lit beaucoup, il aime aussi les livres de Jack London. Discret, il brille sous la caméra de la réalisatrice par sa présence réservée, par sa volonté, sa force de caractère et son envie d’être et de vivre.

Un tableau de l’Est français

Marie Dumora ancre sa production filmographique dans l’Est de la France. Comme on a pu écrire des ensembles d’œuvres littéraires qui suivent l’évolution sociale de plusieurs générations familiales, Marie Dumora a déjà filmé la famille de Nicolas. Elle s’est ainsi ancrée dans un des territoires délaissés de l’économie française, qui a démantelé son industrie au fil des décennies, et a laissé sur le bas-côté sa population. Le travail de Marie Dumora frise avec les frontières d’un travail de géographie sociale et culturelle. L’histoire de l’Est français est aussi celle d’une histoire marquée par un rapport fort avec l’Allemagne : c’est l’histoire d’une terre marquée par les camps de concentration et de déportation. La réalisatrice donne à voir, à travers l’histoire familiale de Nicolas, les reliefs de l’ensemble du territoire.

Famille et schémas sociaux

Sabrina est l’héroïne des précédents films de Marie Dumora. Des années plus tard, Marie Dumora filme son fils, de ses 13 à ses 15 ans. Une grande partie du film se tourne vers Sabrina, la structure familiale qu’elle a réussi à construire, ses filles, et sa capacité à accueillir de nouveau Nicolas, chez elle. C’est une plongée dans le quotidien d’une famille en situation de précarité. Ce sont les rêves de bijoux, d’habits et de vacances. C’est l’envie d’une femme d’emmener son compagnon à la mer pour la première fois de sa vie. C’est l’histoire d’une famille dont 2 générations ont grandi en foyer. Le documentaire a d’intéressant qu’il est en tension entre des interrogations sur les rouages d’un certain déterminisme social et les déterminations personnelles de chaque chacun.

Marie Dumora montre sans artifices, le vécu de gens que l’on représente souvent caricaturalement. Si l’on sort des discours moqueurs et faciles, et des clichés réducteurs, on se demande parfois, avec un frisson de gêne, si l’on est spectateur ou voyeur.

Loin de vous j’ai grandi, sortie en salles le 17 novembre 2021.