Le festival Rock en Seine 2016 s’est tenu du 26 au 28 août dernier dans le Parc National de Saint-Cloud. Untitled Magazine était sur place pour l’événement musical de la rentrée.

Le festival francilien Rock en Seine fêtait sa 14e édition du 26 au 28 août dernier. Une programmation toujours éclectique et pointue qui fait son succès chaque année. Trois jours de musique live qui ont fait la part belle à la scène française, Casseurs Flowteurs, La Femme, Cassius, Naive New Beaters, et aux groupes internationaux, Last Shadows Puppets, Soulwax, Massive Attack et Two Door Cinema Club. Untitled Magazine était présent pour la journée du vendredi 26 août.

Pour rallier le festival, un TGV spécial était prévu au départ de Lyon. A la différence d’un trajet classique, le train accueillait un groupe pour une performance dans le wagon bar. Un bon moyen de se mettre dans l’ambiance du festival. C’est le groupe français pop-rock Grand Blanc qui a été choisi pour diffuser leur playlist dans le wagon-bar lors d’un DJ set. Un mix assez éloigné de leurs compositions, aux notes funky. Une sélection assez surprenante par rapport à leur univers mais qui justement font toute l’essence d’un DJ set, où les musiques s’entremêlent et où les artistes se font plaisir. Côté voyageur, c’est un public large qui a voulu voir de plus près ce qui se passait. Des parents avec leurs enfants, des jeunes, des cadres sur leur ordinateur, le public semblait ravi d’assister à ce show dans un endroit pour le moins insolite.

Grand Blanc/© Cyril Coantiec
Grand Blanc/© Cyril Coantiec
Grand Blanc/© Cyril Coantiec
Grand Blanc/© Cyril Coantiec

Après cette introduction musicale, place au festival Rock en Seine. Une vingtaine d’artistes sont prévus pour cette journée du vendredi 26 août. Pour débuter, on a assisté à la prestation du jeune Anderson Paak. A 30 ans, l’Américain s’est fait une place sur la scène rap américaine grâce à un très bon premier album « Malibu ». Signé sur le label de Dr.Dre (rien que ça), il a montré que les espoirs placés en lui sont légitimes. Une performance incroyable. Mention spéciale aux solos de batterie et à la reprise de Let’s Dance de David Bowie.

Direction la scène Pression Live pour assister au show de Jack Garratt. Le Britannique de 25 ans vient de sortir son premier album « Phase », acclamé par des artistes de renom comme le DJ Zane Lowe et le producteur Rick Rubin. Et c’est vraiment une claque qu’on s’est prise. Solo sur scène, l’artiste sait tout jouer et passe aisément de la guitare au synthétiseur à la batterie électronique avec aisance et énergie. Son interprétation du générique de la série Le Prince de Bel Air était tout simplement géniale. Inclassable, Jack Garratt est un vrai coup de cœur à voir impérativement en concert.

© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec

Un passage par les Britanniques de Two Door Cinema Club et leur son pop rock hyper dansant avant de s’arrêter à la scène de la Cascade pour la prestation de Birdy Nam Nam. Désormais en trio, DJ Pone ayant rejoint les Casseurs Flowteurs, les DJ’s français montrent toujours autant d’aisance au scratch. Une vraie performance live entre rap et électro sans aucun répit, pendant près d’une heure. Le signe d’un live réussi. On a terminé cette journée avec le concert de Flavien Berger. L’artiste, présenté comme le renouveau de la scène électro pop française nous a livré un son électro hypnotisant, aux airs new wave d’Etienne Daho. Mention spéciale au long morceau « Léviathan » avec l’arrivée des cordes dans les dernières minutes. Impossible de ne pas se laisser emporter par l’émotion.

Le meilleur moyen de conclure cette édition 2016 de Rock en Seine qui a offert de très beaux moments musicaux dans une belle ambiance.

SHARE
Passionné de culture, j'aime partager mes rencontres et être à l'affût de découvertes en tout genre, de la musique au théâtre en passant par le cinéma et la littérature.