Révélé en 2016 avec son titre Fading Away, le jeune parisien Adam Naas a fait chavirer le public du Point Ephémère ce 17 mai 2018 lors d’un concert d’1h15 époustouflant. Récit. 

Lauréat du FAIR et du Chantier des Francos en 2018, les pros ne s’y sont pas trompés et le public non plus : Adam Naas est un artiste hors du commun. Le public était venu l’applaudir en nombre et lui chanter « Joyeux anniversaire » au Point Ephémère ce 17 mai. 26 ans, et déjà tout d’un grand. Alors que son premier album n’est pas encore sorti, Adam Naas et ses deux musiciens ont enchainé les titres pendant près d’1h15 avec une sacré dose d’énergie. Généreux et parfois très drôle, Adam se montre tantôt grave et tantôt léger, modulant sa voix et son attitude au fil de ses émotions. Et le public semble être conquis…

© Fanny Latour Lambert

Une personnalité à part

Ce soir-là au Point Ephémère à Paris, la salle se remplit lentement mais surement. Le concert affiche complet depuis déjà plusieurs jours, comme celui à la Boule Noire il y a un mois. Sur scène, un musicien fait son entrée, puis deux. Sur un pad électronique, les sonorités s’amoncellent et Adam Naas fait son entrée au milieu des cris d’une foule impatiente. Puis tout se tait. Adam a commencé à chanter. Autour de lui, le silence se fait, et l’excitation laisse place à la fascination. Dès les premières notes, la voix d’Adam Naas emporte tout sur son passage. Une voix éraillée, un peu comme celle de Broken Back, un timbre caméléon capable d’explorer des fréquences différentes d’une phrase à l’autre, aussi bien à l’aise dans les graves que dans les aigus.

Vêtu d’un pantalon à patte d’éléphant en velours – celui de sa musicienne – d’une marinière et de chaussures à talons, Adam Naas cultive une certaine excentricité qui lui va bien. Impossible de ne pas penser à Prince tant sa manière de bouger sur scène, ses mimiques vocales et sa musique se rapprochent de celles du Kid de Minneapolis. Mais il y a aussi dans son interprétation, son regard et sa diction quelque chose de Jacques Brel, l’implication et le don de soi qui sont la marque des grands interprètes. Généreux, Adam Naas le sera durant tout le concert, sans temps morts ou presque. Au fil de son récital, il va même se libérer encore un peu plus pour finir en apothéose.

Adam Naas © Fanny Latour Lambert

Folie douce et joyeuses envolées

Derrière son pied de micro, Adam Naas se concentre sur son interprétation et s’amuse avec sa voix. Sur You Should Know, il part dans les aigus, pousse des cris, tient la note… Sa version sensuelle et veloutée de Fading Away est un régal qui se poursuit avec No Love Without Risk, une ballade rétro savoureuse. Le romantisme fait place au ressentiment sur Eternity, au rythme intéressant, puis sur Please Comme Back to Me. Très bien accompagné par une musicien et une musicienne multi-instrumentistes aux pad, claviers, programmations, guitare et basse, Adam est aussi soutenu par leurs choeurs très purs et efficaces. Le son en live est aussi bon, plus charnel évidemment, que sur les versions studio.

Adam Naas prend un réel plaisir à être sur scène, et cela se sent. Son bonheur est communicatif et cet échange avec le public le pousse à se dépasser. De sa voix haut perchée accompagnée de cris érotiques, il fait monter la température d’un coup sur The Love, enchainé à Chalala Love, un titre seulement guitare-voix, où ses musiciens se muent en choristes old school pour l’occasion. Dernier morceau du triptyque « Love », Strange Love réveille les corps du public alangui avant de poursuivre avec I Wanna Get You Close to Me, une reprise de Matilda d’Alt-J, et enfin Cherry Lipstick, son dernier single.

Le concert s’achève ainsi sur cette phrase symbolique reprise en boucle : « And now I am free », chante un Adam Naas définitivement libéré, qui envoie même valser le pied de micro derrière lequel il s’était avancé à pas de loup une heure plus tôt. Dans une danse spontanée, le jeune artiste célèbre ce dernier instant de joie et de communion avec son public avant de nous laisser, enchantés et un peu soufflés.

© Fanny Latour Lambert

Retrouvez Adam Naas en concert aux Francofolies de La Rochelle le 12 juillet.
PAGE FB

SHARE
Journaliste, curieuse et amoureuse des mots, j'aime partager mes découvertes musicales et artistiques sur la toile.