Quelques jours avant la sortie de son premier album, l’Impératrice revient avec un premier clip pour dévoiler le premier morceau Matahari.

Belle, romantique, charmeuse et envoûtante, l’Impératrice continue de nous faire vibrer. Derrière ce nom singulier, se cache une femme fatale entourée de son équipe de musiciens. Six têtes qui ne forment qu’un seul et unique groupe pop. Charles, David, Flore, Hagni, Achille et Tom, c’est bien eux qui portent réellement l’Impératrice.

Tandis qu’on chantonne encore les titres « Erreur 404 », « Là-haut » et les très célèbres « Vanille Fraise » et « Agitations tropicales », le groupe continue de nous dévoiler des trésors musicaux. Alors que leur premier album « Matahari » est prêt à rejoindre nos ondes le 2 mars prochain, la belle nous transporte déjà dans un autre monde à travers les images inédites de ce nouveau morceau. Sensuelle et exaltante, l’Impératrice se montre plus coquine qu’à son habitude et ne cesse de faire monter la température. Provocante, elle nous entraîne dans son jeu de séduction, parfois bien trop dangereux.

Derrière la caméra de Julia et Vincent, en se laissant bercer par les groove et les sonorités disco du groupe, l’Impératrice nous livre là une belle performance. On aurait presque envie de l’accompagner et d’improviser quelques petits pas de danse. « Mata Mata Mata Mata Mata Mata Mata Mata Matahari », alors ?

1 COMMENT

  1. […] Profondément cinématographique, la musique de l’Impératrice n’en est que plus habitée par ces images qu’elle véhicule, comme l’idée de « l’ignorance de l’univers » de Stanley Kubrick avec Balade Fantôme. Par ailleurs, le clip d’Erreur 404, créé en rotoscopie à partir de vieux romans-photos italiens des années 70, raconte lui aussi une histoire de rupture amoureuse, allant au-delà de la musique elle-même. Sans parler du nom donné à l’album, « Matahari », faisant référence à la danseuse et courtisane hollandaise fusillée pour espionnage pendant la 1ère guerre mondiale, magnifiquement retranscrit dans le clip du titre éponyme dont nous avions consacré un article la semaine dernière. […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here