Sylvain Prudhomme nous ravit et nous touche avec son nouvel ouvrage de nouvelles qui se succèdent comme les moments de vie qu’il y décrit. 

Dans Les Orages, les personnages et les vies se succèdent. A travers 13 nouvelles, l’auteur explore les moments où tout bascule, les orages de la vie, ceux qui voilent notre ciel et qui nous emportent au creux de la tempête.

Forme courte

Sylvain Prudhomme renoue avec le style de la nouvelle dans cet ouvrage. Il y décrit 13 moments de vie intense, 13 moments marquants pour les protagonistes de chacune de ses scènes. Ce sont ces moments d’orages qu’il choisit d’évoquer. Quand le monde intime de ces personnages fictionnels vacille.

La forme des nouvelles permet de ne s’intéresser qu’à ses instants suspendus. Dans un temps limité, le lecteur peut voir la vie des personnages bousculés avec force, dans le bien comme dans le mal. Cette forme courte renforce les sentiments qui parcourent le récit. C’est comme un choc.

« Au fond toute notre vie nous aurons fait cette chose magnifique : lire les autres. »

L’Etre

« La calme certitude de ce que je lui dois. Là je suis revenue à la vie. Là j’ai retrouvé la joie. »

Comme souvent dans les récits de l’auteur, il touche à l’intime avec pudeur et douceur. Il pose son doigt sur les maux de personnages. Avec beaucoup de tendresse, il décrit les affres de la vie dans ces nouvelles que subissent les protagonistes. Ils pourraient être n’importe lequel d’entre nous tellement ils sont criants de vérité.

« Les heures interminables au début à guetter chaque mouvement de paupière ou de doigt, chaque rictus de douleur ou d’apaisement sur le visage. « 

Les Orages sont tous les moments incertains que l’on traverse dans la vie. La vieillesse et ses signes de sénilité, le divorce, la perte d’un enfant ou bien les ambitions contrariées… Sylvain Prudhomme explore tout dans ces courts récits. Ce sont autant de morceaux d’existence qui sont rassemblés dans un récit.

« Les orages », Sylvain Prudhomme, L’Arbalète/Gallimard, 192 pages, 18€