Le photographe suédois Viktor Gårdsäter crée une série représentant le dernier jour d’un vieillard…

© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.

Un ballon en forme de dauphin. C’est ainsi que le photographe suédois Viktor Gårdsäter décide d’illustrer la mort. Dans sa série « Balloon man’s last walk » Gårdsäter met un scène un vieil homme arrivant à la fin de ses jours. Celui-ci est suivit partout par un ballon censé représenter la mort. Une mort annoncée qui lui concède une dernière journée. Nous accompagnons le personnage dans un voyage à travers ses souvenirs, et à travers des endroits qui lui sont chers. Jusqu’à le voir finalement partir dans l’air, tiré par le ballon.

La série de Gårdsäter est certes nostalgique. Mais le personnage apparaît serein, comme s’il acceptait déjà son destin. L’allégorie de la mort en tant qu’un ballon attaché à la main du vieillard, donne au personnage un aspect enfantin qui nous fait presque oublier le chagrin déclenché par la présence de la mort.

Enfin, derrière cette série se cache un portfolio de stylisme. Le photographe collabore avec la créatrice Lottie Sandqvist. Une campagne éditoriale originale, débordant de poésie.

© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.
© Viktor Gårdsäter. Tous les droits réservés.

Par Catherine Quiroga

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux ! // Follow us !

Twitter: @livinguntitled

Facebook : Untitled

Instagram : @untitledblog

SHARE