Stéphane Barsacq est un habitué de l’écriture, il a notamment écrit des essais portant sur la musique, la philosophie ou encore la poésie. Influences que l’on retrouve constamment au fil de l’histoire. Il s’essaye aujourd’hui au roman, sur les pas de Volodia, professeur d’Histoire à la Sorbonne, et à la recherche de l’amour. Roman pour lequel il a été sélectionné pour le Prix de la Ville de Deauville.

Volodia est à la recherche de l’amour, il s’interroge, il conceptualise, il intellectualise, peut-être un peu trop. D’un côté il y a les hommes, ses amis, ses connaissances, entre Julien le tombeur (pur produit de la société de consommation), Alexeï le mystique, Anténor l’universitaire ou encore Hérode l’auteur provocateur à succès. Autant de facettes de l’homme actuel. Et puis il y a les femmes, elles sont trois dans ce roman : Sonia, Asma et Sophie. Chacune l’éduqueront, lui ouvriront les yeux, et bouleverseront ses idées.

Ce livre est à la fois la recherche idéalisée d’un amour pur et une réflexion de l’amour dans notre société. C’est aussi l’histoire d’un homme moderne, intelligent, penseur et pensif. Confronté à l’amour, au diable, à la trahison, aux déceptions, il utilise la littérature pour comprendre et s’extraire de sa condition.

Bien écrit, fluide et agréable, Stéphane Barsacq nous livre ici un premier roman intelligent et poétique sur l’amour d’un homme pour la femme, ses secrets, ses désirs et ses attentes.

Le piano dans l’éducation des jeunes filles, Stéphane Barsacq, 352 pages, 20.90 €

12736914_10153892813325782_377050940_o

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here