Nouvelle mise en scène de Julien Gosselin dans le cadre du Festival d’automne, Le Passé propose une exploration multimédias de l’œuvre d’un auteur oublié, le russe Léonid Andréïev. À découvrir à l’Odéon jusqu’au 19 décembre.

Considéré par Gorki, qui fut son contemporain, comme aussi important que Tolstoï ou Tchekhov, il a fallu pourtant attendre les années 60 pour qu’Andréïev soit monté sur une scène française. Quittant ses lectures contemporaines (Houellebecq, Bolano, Bellanger, DeLillo), Gosselin adapte l’une de ses pièces, Ékatérina Ivanovna, tout en l’émaillant d’autres extraits de son œuvre.

Tout commence avec des coups de feu hors champ dans un confortable appartement bourgeois du début du siècle. Un homme qui pense avoir été trompé par sa femme, tente d’assassiner cette dernière. Les membres de la maisonnée, alertés, essaient de contenir sa fougue meurtrière derrière un écran. Un écran ? Oui car toute cette action, comme la majeure partie de la pièce, est projetée au dessus du décor. Pourtant ce dernier, et ceux qui suivront, ne manquent pas de vie. Mais voilà, Gosselin a choisi d’explorer cette pièce du répertoire russe à l’aide de caméras, créant de ce fait un léger décalage entre ce qui est joué, capté et retransmis : un début de « passé » ?

Dès lors, c’est à travers ces images accompagnées par une musique omniprésente que les specteur.rices pourront suivre le destin de cette femme détruite, instable, corsetée dans un monde patriarcal. Ainsi cette ronde étouffante de personnages passe sur le plateau, s’inscrit dans des décors riches de détails, mais semble fuir le public. Car ces gros plans filmés bien qu’ils révèlent des comédien.ne.s habité.e.s, forcent à s’interroger : pour qui jouent-ils.elles ? Ou autrement dit, où est la place des spectateur.rice.s dans cette pièce ? Malheureusement plus l’intrigue avance et plus le rendez-vous semble manqué. Le Passé continue son avancée entrecoupée de longs intermèdes confus (les autres textes Andréïev), indifférent à ce qu’il se passe en salle.

En sortant du théâtre se renforce l’impression d’un passé emmuré, éteint.

« Le Passé »
D’après Léonid Andréïev
Adaptation et mise en scène Julien Gosselin
Avec Guillaume Bachelé, Joseph Drouet, Denis Eyriey, Carine Goron, Victoria Quesnel, Achille Reggiani, Maxence Vandevelde

À l’Odéon-Théâtre de l’Europe jusqu’au 19 décembre.