Un documentaire à l’intérieur du projet des Grands Voisins sort le 1er avril en e-cinéma. Si vous habitez à Paris, par ici par séance !

En ces temps de sacrifice, nombre d’acteurs culturels participent à l’effort collectif et proposent leur contenu gratuitement pendant la durée du confinement. Alors qu’on pensait s’ennuyer, on ne sait même plus où donner de la tête. Mais n’oublions pas qu’une grande partie des industries culturelles est déjà très fragile économiquement et que cette période pourrait bien leur être mortelle. Alors, plus encore que d’habitude, payons pour la culture : ne demandons pas le remboursement de nos places de concert annulées, faisons des dons aux organismes culturels précaires et, aujourd’hui plus encore, payons nos films !

Le producteur et diffuseur La 25ème heure a emboîté le pas et organisé la sortie en e-cinéma du film de Bastien Simon Les Grands Voisins : La Cité Rêvée en partenariat avec les salles qui s’étaient engagés à le programmer. Le principe est simple : si l’on est géolocalisé dans la zone d’un cinéma partenaire, on peut acheter son billet et regarder le film en ligne à un horaire donné, comme pour une séance de cinéma traditionnelle. Pour l’heure, le documentaire de Bastien Simon est le seul film annoncé en e-cinéma en France, mais on peut attendre d’autres sorties très prochainement. Cette initiative est d’autant plus louable qu’elle permet, pour chaque billet acheté de rémunérer les exploitants des salles de cinéma, laissés pour compte dans le cas d’une simple sortie VOD où ils n’interviennent pas. Soutenir toute la chaîne du cinéma, c’est aussi cela, participer à l’effort commun !

Avec Les Grands Voisins, on s‘immerge dans l’histoire éphémère de ce lieu bien connu qui a voulu imaginer une nouvelle forme de vivre-ensemble. En 2012, l’hôpital Saint Vincent de Paul ferme ses portes. L’association Aurore, spécialisée dans l’hébergement d’urgence, est autorisée à y loger 600 personnes en grande précarité, issues de toutes origines. Le projet est alors mis sur pieds par des professionnels comme des Voisins, des start-ups sociales et des bénévoles associatifs. Ce maillage social très hétérogène se rencontre et collabore – via un groupe de musique, un projet d’artisanat, à la cantine ou à l’assemblée générale des Voisins. Le but, c’est que chacun trouve son rôle, partage ses compétences et ainsi recouvre son autonomie perdue.

Construction d’un écoquartier

La cohabitation n’est pas toujours simple mais elle existe bel et bien alors que sur le papier, le pari aurait pu sembler perdu d’avance. Trois associations orchestrent la vie en communauté et, avec le soutien de médiateurs sur le terrain, gèrent les crises, inévitables pour des personnes marginalisées toute leur vie.

Dans l’intimité, les occupant nous racontent leurs voyages et leurs rêves, leurs batailles pour obtenir une carte de séjour ou pour arrêter la drogue. Chaque chemin est singulier et aucun n’est aisé, mais pour autant chacun semble trouver quelque chose d’extraordinaire dans ce lieu. Pour le directeur de l’association Aurore, c’est le caractère éphémère du projet qui a rendu cela possible : conscients de la durée d’occupation des lieux limitée, les participants ont pu expérimenter et s’adonner à toutes sortes de tentatives de mise en place d’un vivre ensemble neuf.

A la fin du projet, comme prévu, tout le monde quitte les lieux et la construction d’un vaste écoquartier commence. Mais chez les Grands Voisins, plus personne n’est en errance : tous ont pu être relogés et surtout, certains ont bien évolué – un emploi, une carte de séjour, des amitiés durables, voilà ce que Les Grands Voisins ont pu leur offrir.

Par ici par séance !