Dans ce petit traité de résistance, Jean Rouaud alerte sur nos vies, sur cette société de consommation et sur notre alimentation… L’auteur signe un bel essai dans lequel il dénonce la surconsommation, les multinationales et appelle les citoyens à retrouver une forme de bien-être.

Et s’il suffisait de changer notre alimentation pour changer le monde ? Jean Rouaud, vegan revendiqué et militant depuis plus de trois ans, publie avec L’avenir des simples, son petit traité de résistance pour un monde meilleur. Ici, il entame une réflexion et nous pousse à changer – avec lui – notre alimentation, à reconquérir notre temps et retrouver un savoir-faire qui n’existe plus dans notre société. « La cause de nos maux, de cette planète exsangue, empuantie, polluée, irrespirable, vidée de ses ressources, de ses espèces et bientôt de la nôtre, porte un nom : c’est la consommation ».

Avec ce titre, L’avenir des simples, l’auteur fait référence à ces petits jardins qu’on trouvait souvent dans les monastères, dans lesquels étaient cultivées des plantes médicinales. Dès les premières pages, il se souvient d’une société au sein de laquelle les individus pouvaient jongler entre cuisine, jardinage et bricolage. Un temps révolu aujourd’hui où le citoyen s’engage tous les jours dans une course effrénée contre la montre.

Sous contrôle des puissants

Ici, Jean Rouaud pousse un cri alarmant contre les multi-monstres, ces grandes multinationales, ces puissances financières et ces GAFA, qui dirigent notre société. Chaque jour, un système destructeur se met en marche contre la planète, ses animaux, mais aussi ses Hommes, tout ça pour la course aux profits. « Grâce à quoi il est plus économique d’acheter un chantail made in « pays émergent » que dans une mercerie de quartier les pelotes nécessaires à sa confection. On a trouvé en Chine, au Vietnam, meilleur « marché » que la main-d’oeuvre pourtant gratuite des grands-mères. ».

Jonglant entre ironie et jeux de mots, il dénonce sans honte ces « multi-monstres », acteurs majeurs du marché qui pilotent les états et le peuple. Industrie pharmaceutique, brevets OGM, alimentation carnée, compromis de l’écologie politique, l’ubérisation du salariat… C’est un flux de pensées que nous livre l’auteur, et tout y passe.

Cultiver, créer, se retrouver

Jean Rouaud ne fait pas que critiquer, il propose aussi. Alors comment s’en sortir ? Comment relever la tête et sauver notre planète ? Mais plutôt que de se lever et de se battre, il prône une révolution « assise » et « silencieuse » : changer son alimentation en abandonnant le régime carné, revenir à un savoir-faire ancien, fabriquer ses propres objets, tricoter ses habits, cultiver ses propres légumes …

Dans L’avenir des simples, l’auteur signe un beau et poétique traité de résistance, dans lequel il dénonce avec convictions ce féroce système néolibéral, qui ne cesse de s’imposer aux Etats et à la population.

« L’avenir des simples », Jean Rouaud, Edition Grasset, 252 pages, 19 euros