Parmi les nombreux (oh, qu’ils sont nombreux!) humoristes qui s’affichent en cette belle rentrée théâtrale, vous pouvez aller applaudir Laura Laune au théâtre de l’Apollo les mardis et mercredis… Un spectacle dont nous vous livrons ici un petit aperçu.

Le nom ne vous dit peut-être rien, mais Laura Laune fait partie des artistes qui montent, qui montent… Comédienne d’origine belge, « Le diable est une gentille petite fille » est son premier one-man show; un one-man show remarqué puisqu’il a déjà été primé de nombreuses fois en festival d’humour. C’est donc tout naturellement que notre curiosité nous a poussé à aller voir de quoi il en retourne.

Sage, innocente et naïve, la jeune artiste entre sur le plateau avec une gêne non dissimulée. Elle se lance finalement pour se présenter à nous: la scène n’est pas son premier métier, c’est une reconversion. Elle faisait auparavant partie de cette douce secte que l’on appelle l’Education Nationale ! Elle nous raconte donc ses déboires en tant que prof dans une école apparemment difficile où elle faisait face à une classe d’élèves perturbateurs et analphabètes qui ne l’écoutaient guère. Elle décide alors de tout plaquer pour monter sur scène ou là, elle l’espère, on l’écoutera enfin. Seulement, Laura n’a aucune idée de comment l’on fabrique un spectacle. Nous serons son public « test ». Si cette entrée en matière est pleine de promesses grâce à de bonnes vannes bien ficelées, la suite, elle, ne suit malheureusement pas le mouvement…

Ce premier sketch semble être le seul réellement bien construit et le reste se trouve être un peu bancal. La provocation est bien sûr maître mot du spectacle (écrit avec l’aide de son cynique complice Jérémy Ferrari, on n’en attendait pas moins…) et son air angélique tranche totalement avec son impertinence! Il est vrai, la jeune comédienne sait jouer habilement de son physique de petite fille bien sage et de sa petite voix fluette pour faire passer les pires horreurs. Et tout le monde en prend pour son grade… Est-elle consciente de la brutalité des propos qu’elle tient ou bien est-elle simplement folle à lier? Nous ne le saurons jamais, et ce mystère fait parti du charme du spectacle. Mais enfin, on regrette tout de même qu’il n’y ait pas un peu plus de profondeur dans le texte, d’idées plus originales et de linéarité dans la construction de ce spectacle…

05

03-visuel-web

— 
Laura Laune, « Le diable est une gentille fille »
L’apollo Theatre
18 rue du Faubourg du Temple – 75011 PARIS

Les mardis et mercredis à 20h
Tarif : Entre 13,50 et 17,50 (sur internet)

SHARE