Dans un grand roman choral qui tord le cou aux idées reçues sur l’amour et la vie de couple, Marie-Eve Thuot nous livre un premier récit plein de vie et très poignant. 

Zack, Xavier et Louis sont trois frères. C’est avec eux que commence le roman, une pièce unique où se croisent et se mêlent une multitude de personnages liés de près ou de loin à ces trois frères. Roman fantasque mais réaliste, c’est un condensé de vie que contient ce long roman.

Loin des clichés

Tout est atypique dans ce roman. Le plus jeune des frères, Louis, nait le même jour que Justin, son demi-frère et fils de la maitresse de son père. C’est sur cet évènement que s’ouvre le roman. C’est aussi la rencontre de Xavier avec celle qui s’appelle Oscara, Cléopatre, Fanny ou Ulrique-Eléonore, personnage fascinant de cette jeune fille qu’il croise le soir dans le bar où il travaille et qui joue avec les hommes pour savoir lequel sera capable de boire le plus de shooters d’un immonde cocktail trop sucré. Puis il y a Zack, marié avec Charlie, qui vit avec sa femme une relation non-exclusive. Ce qui est mis en exergue et fonde le projet du roman c’est bien nos relations amoureuses, du moins nos relations avec les autres. La trajectoire des confettis n’est pas une énième histoire d’amour dont on connait la marche à suivre.

« Il ne l’avait vue que trois fois. On ne tombe pas amoureux de quelques détails et d’une pile de questions. Mais qu’en savait-il, de quoi on tombe amoureux ? Rien. Rien depuis trop longtemps. »

Ce roman met en avant des histoires d’amour. C’est l’amour sans ce qu’on peut y idéaliser, ce sont des relations entre des personnes qui se cherchent et qui parfois se trouvent. Le plus jeune des frères, Louis, qui se traîne dans une spirale de relations qui ne doivent durer pas plus de 6 mois par exemple. Ou bien Xavier qui avant sa rencontre avec la mystérieuse femme du bar n’a pas connu de femme depuis 16 ans. L’auteure décortique ces amours, les met en avant et les replace en contexte.

On s’attache autant aux personnages qu’on pourrait les détester. Long roman, leurs histoires s’étirent dans le temps, et ce qu’ils étaient, ce qu’ils sont, ce qu’ils deviennent est accessible au lecteur. La longue trajectoire de ces confettis qui parsèment le roman, lie les personnages entre eux et, comme une apparition, nous entraîne après eux.

Les confettis

Plusieurs fois dans le roman apparaissent ces fameux confettis : ils préfigurent un changement, un évènement, quelque chose qui se passe pour l’un des personnages après la découverte de ces confettis. On les retrouve tout au long du roman comme un fil rouge, mais un fil qui vole et s’envole plus qu’il ne lie et maintient les choses ensemble.

« On a jamais trop de frères et sœurs pour affronter le monde. »

Cette trajectoire, c’est celle qu’une famille, celle des 3 frères qui ouvrent le roman. Chaque personnage est un ajout à cette famille, tous les degrés de la filiation sont abordés. Un roman sur l’amour mais aussi un roman sur la famille, sur l’amour filial. La compétition entre Zack et Louis, la façon dont ils se liguent contre Xavier, la relation amoureuse entre une tante et son neveu avec tout ce qu’elle induit comme honte, refoulement, désir d’enfant… Tous ses sentiments sont analysés par l’auteure.

« Une déviance, un aveuglement à la sensibilité de ceux qui pouvaient éprouver de la jalousie par sa faute, une tendance pathologique à assouvir ses pulsions… l’équivalent de la nymphomanie pour un homme… »

Parfois dure et parfois très crue, Marie-Eve Thuot ne mâche pas ses mots. C’est aussi tendre que saisissant à lire. Empli de détails sur la vie sexuelle des personnages et sur les différentes opérations des organes génitaux, rien n’est caché dans ce roman. Cela donne encore plus de réalisme et de véracité aux propos de l’auteur : non, la vie amoureuse des individus qui peuplent le monde n’est pas uniquement calquée sur le modèle hollywoodien.

620 pages d’une longue histoire de vie et d’amour, c’est ce que propose Marie-Eve Thuot dans ce premier roman.

« La trajectoire des confettis, Marie-Eve Thuot, Editions du sous-sol, 624 pages, 22,90€