Louis Arlette dévoile La Discorde, le second single de son album, dans un clip onirique réalisé par Christian Volkman. 

Le deuxième album de Louis ArletteDes ruines et des poèmes, sorti en mars dernier, a dévoilé une facette plus épurée du paysage musical de l’ancien ingénieur du son et producteur. Après son premier opus, Sourire carnivore, arrivé dans les bacs l’année dernière seulement, l’artiste semble en effet s’éloigner de ses première mélodies, extrêmement riches, et se recentrer sur sa voix et ses textes, décision parfaitement illustrée par son dernier clip, La Discorde.

 

Le clip semble, au premier abord, très minimaliste. Un paysage désertique dans lequel surgissent des apparitions surnaturelles vient faire écho au titre du second album : des ruines et des poèmes. Les animaux exotiques laissent parfois place à des ruines éparses, seuls éléments perturbateurs du songe éveillé de Louis Arlette. Avec une mélodie tout aussi minimaliste que son clip, ses beats marqués, impossible d’ignorer dans La Discorde le passé d’ingénieur du son de l’artiste, ni ses collaborations avec le duo Air. De même que dans l’ensemble de l’opus, c’est la voix de Louis Arlette qui se taille la part du lion sur ce titre, n’étant plus gênée aux entournures par une instrumentalisation très fournie comme cela pouvait être le cas dans son premier album solo. La réalisation du clip, assurée par le talentueux Christian Volkman, laisse donc également le premier rôle à la voix de Louis en ajoutant que peu d’éléments extérieurs dans le décor. Plus de doute, on retrouve chez l’artiste des accents de Gäetan Roussel mais aussi l’influence de groupes tels que Muse et Noir Désir. L’ex-collaborateur de Air, qui avait annoncé la couleur avec sa reprise Je suis un soir d’été de Jacques Brel, présente sur l’opus, dévoile ainsi pour notre grand plaisir sa maîtrise des mots et devient, dans La Discorde, poète.

Louis Arlette, en concert au Café de la danse le 12 septembre 2019. 
Page FB 
Copyright photo : Frank Loriou