La Bombe c’est à la fois la violence contenue, prête à exploser, c’est aussi le surnom que l’on donne à un canon de beauté, une fille belle et désirable. Ce titre n’a pas été choisi au hasard par Zou, alias Joséphine Demerliac, lorsqu’elle décide de mettre en image cette chanson écrite il y a des années, sous le coup de la colère et de l’angoisse. Elle s’est rapprochée du producteur allemand Björn Eichhorn pour enregistrer son morceau, puis de sa sœur Clémence Demerliac pour réaliser un clip fort, atypique et engagé.

Cette fois, la victime est un homme

Cela donne une vidéo étrange, dérangeante et profondément marquante. On y voit un beau jeune homme se faire agresser par plusieurs femmes. « On est dans le stéréotype inversé », précise l’artiste. En effet ici, le jeune être à la plastique parfaite se fait attaquer, brutaliser, violer par des femmes balafrées, imparfaites, plus âgées, puis par sa propre copine.

Pour Zou, qui a écrit cette chanson il y a quatre ans suite à des expériences personnelles et à des témoignages d’amies, il s’agissait d’exprimer un sentiment d’injustice : « Tu m’as fait du mal, qu’est-ce que ça te ferait si on te faisait la même chose ? » L’idée de la jeune fille de 24 ans était d’aller plus loin grâce à la vidéo, d’être à contre-courant de ces vidéos misogynes et dangereusement banales qui inondent la toile et nos écrans télé. En exemple, Zou cite le clip Blurred Lines de Robin Thicke, où l’on voit trois jeunes et jolies mannequins dénudées danser autour des chanteurs.

Cyril Crampon, acteur dans "LA Bombe" est aussi mannequin.
Cyril Crampon, acteur dans « La Bombe », est aussi mannequin.

Sorbonne, archives et texte cru

Dans La Bombe, ce ne sont pas seulement cette inversion des rôles et cette violence qui nous bousculent, c’est aussi le choix du lieu : les toits de la Sorbonne à Paris. Exit les ruelles sombres, les coins glauques ou les banlieues pauvres, l’horreur est aussi dans les beaux quartiers, et touche toutes les classes sociales, même les plus aisées, ou les plus érudites.

Bien que très crue, la vidéo atteint une dimension surréaliste et artistique grâce au soin apporté à sa photographie, mais aussi aux images d’archives qui viennent parasiter sa narration. Des images qui font référence à d’autres stéréotypes et à la guerre. Le tout est emmené par un slam lancinant, presque murmuré. Une écriture brute, imparfaite mais vraie, avec un refrain accrocheur : « Change ton disque, ouais, change ton disque baby… » Une phrase anodine si elle n’était pas chantée avec passion par la voix éclatante de Zou, à la fois sensible et lyrique, noble et colorée. Le texte, assez dur, est accompagné d’un arrangement sobre où la guitare tient le premier rôle, donnant au morceau une allure hybride, à la croisée de la pop, du folk et du rap.

 Un « must watch » qui devrait faire parler

Venu de nulle-part, n’annonçant ni album, ni EP, ce vidéo-clip est surtout là pour rappeler qu’une femme sur trois a dans sa vie déjà subi des violences physiques ou sexuelles, perpétrées le plus souvent par d’anciens ou d’actuels partenaires, maris ou petits amis. Des chiffres affligeants communiqués par ONU Femmes et que l’on retrouve à la fin du clip de Zou. Une fin marquée par un retournement symbolique : ce n’est plus l’homme mais la femme que l’on laisse ici, dénudée, meurtrie, sur les toits de Paris.

Cette vidéo produite et réalisée en France vient d’être nommée dans la catégorie Best Experimental aux Berlin Music Video Awards qui se dérouleront du 17 au 20 mai 2017. Dès le début du mois de mars, un post sur le compte Instagram des BMVA parlait du clip de La Bombe comme d’un « must watch », à voir absolument. Parmi toutes les vidéos reçues, de Coldplay à Massive Attack en passant par Trentemoller ou Jamie XX, c’était elle qui leur paraissait « la plus dure ». Nous souhaitons à Zou et sa Bombe de porter haut et loin la cause des femmes, et espérons entendre encore la voix de cette artiste étonnante et authentique.

Clémence Demerilac and Joséphine Demerilac, Paris, 2016.
Zou a co-réalisé le clip de « La Bombe » avec sa soeur, Clémence Demerliac (à droite sur la photo) – © Sophie Dumaresq

La chanson La Bombe est disponible sur iTunes, Spotify et Apple Music.

Retrouvez Zou sur sa page Facebook officielle et son compte Instagram.