Qui dit nouveau trimestre dit… Nouveau numéro de Kiblind ! Cette fois-ci, la rédaction nous sert un numéro à la thématique gastronomique, gustative, mais toujours aussi haute en couleurs.

La nourriture : un thème qui nous est cher ! C’est pourquoi Kiblind a décidé de ne pas y aller avec le dos de la cuillère. Ce soixante-quatrième numéro est un véritable électrochoc de couleurs et de goûts grâce au partenariat de la rédaction avec Aline Zalko. De nombreux articles autour de la nourriture s’y bousculent, et on le lit autant qu’on le déguste !

Kiblind passe du liquide au solide

Nous avions particulièrement apprécié le numéro de l’automne 2017 consacré au vin. Aujourd’hui, la rédaction lyonnaise continue de nous gâter avec le numéro Chef, consacré à la nourriture. En entrée, on retrouve une composition des dernières unes culinaires à travers le monde. Fricote, Tapas, Brutal … La cuisine s’invite dans toutes les rédactions jusqu’à relier food et guerre nucléaire. Au fil des pages, on poursuit la dégustation avec l’interview d’Aline Zalko, la rencontre avec l’école de pizzaïolos parisienne et l’habituelle sélection de créations originales, dont la pépite reste le Millefeuille de Romain Bernard. Et si les recettes Disney ne nous mettent pas l’eau à la bouche, il en va différemment de l’interview toute en métaphores de Lil Wayne, entre travaux d’écritures et sexe. Malheureusement, l’article sur Rungis vient souffler le chaud-froid sur notre emballement. Avec une sorte de non-investigation, les deux reporters ne nous apprennent, au final, pas grand chose sur l’un des plus grands marchés alimentaires internationaux, à part le peu d’ambiance qui y règne le matin, ce qui est plutôt compréhensible. Néanmoins, l’incident est très vite oublié grâce à Roland Topor qui nous réveille à coups de Cuisine cannibale. Suivez le chef, et vous apprendrez à cuisiner votre boss, ou encore à  préparer un myope en gratin. Enfin, on termine ce numéro épicé sur une note de douceur avec les éternelles playlists et jolie sélections de la rédaction. Ne reste plus qu’à digérer cet excellent numéro !

La mine pimentée d’Aline Zalko

Un numéro excellent, certes, mais qui a su également très bien s’accompagner. Vous avez peut-être eu l’occasion de croiser l’œuvre de l’extravagante Aline dans Le Monde ou encore Stylist, voir sur les couvertures jeunesse de Gallimard et Payot. Rien ne semble arrêter la jeune femme, qui a également décroché un contrat avec LVMH avec sa série Agent002. Elle qualifie elle-même son style « d’accident esthétique ». Les couleurs, apportées principalement au crayon, de temps en temps avec de la peinture et ou du feutre qu’elle tente de réintroduire, nous électrisent, nous malmènent. La palette de l’artiste atteint même des couleurs kaléidoscopées, venues d’un autre monde, que l’on découvre dans les pages de son interview. Grâce à cet univers fantasque et détonnant, elle parachève la volonté de Kiblind d’aborder la nourriture avec un côté original et décalé. À l’occasion de cette collaboration, Aline organise également une exposition à l’atelier lyonnais de Kiblind et illustre une collection de cinq assiettes. Or, si le thème n’est ici pas en rapport avec la nourriture mais tourné, étonnamment, vers la nature, cette jolie série viendra mettre de la couleur dans vos plats cet été !


Exposition d’Aline Zalko
Du 26 avril au 16 mai 2018
Kiblind Atelier – 25 rue Bouteille, Lyon 1er

SHARE
Une oreille dans la musique, une main dans l'édition, un pied dans la culture.