Alors que l’Himalaya n’échappe plus au réchauffement climatique, sa population souvent enclavées dans de petits villages presque inaccessibles l’hiver, voit son mode de vie profondément perturbé. 

Situé dans le Nord de l’Inde dans la vallée de Zanskar, une partie de la population himalayenne est coupée du monde pendant plusieurs mois de l’année. L’unique moyen pour rejoindre la ville la plus proche – pour trouver des denrées alimentaires, des soins ou une école pour les plus jeunes – est alors de passer par le fleuve gelé Zanskar, véritable couverture de glace, aussi appelé le Chadar. Pour y parvenir,  150 kilomètres de marche et une température pouvant aller jusqu’à -35 degrés, attendent ces villageois.

© Pascale Sury

L’Himalaya vulnérable

Problème, avec le réchauffement planétaire cette autoroute de glace pour rejoindre la capitale de la région du Ladakh, Leh, devient de plus en plus inaccessible. Si bien que l’inquiétude de ces habitants grandis de jour en jour. Dans ces conditions difficiles, la reporter Pascale Sury a pris le temps de sillonner ce long trajet aux côtés de ces personnes, pour comprendre tout l’enjeu de ce problème contemporain.  Une seule question en tête : le réchauffement climatique rendra-t-il bientôt ce genre de vie impossible ?

© Pascale Sury
© Pascale Sury
© Pascale Sury

Pour suivre l’ensemble des reportages de Pascale Sury cliquez ici  ou rendez-vous sur le compte instagram.

SHARE
Culture & Société