Le trio Gunwood va bientôt fêter l’anniversaire de son premier album, Traveling soul, sorti il y a presque un an. Depuis, le groupe se consacre à sa tournée. Nous les rencontrons entre deux dates pour faire le point sur cette année de route.

La particularité de Gunwood ? Nous faire voyager. Avec un univers musical à mi-chemin entre la country, le rock et le folk, beaucoup trop rare en France, Gunnar, Jeff et David nous embarquent dans leur univers. Avec eux, on parle album, tournée, mais aussi rencontres et voyages.

La genèse de Gunwood

Le groupe s’est formé en 2003, grâce à une rencontre fortuite à Sèvres. Le hasard faisant bien les choses, Gunnar, Jeff et David étaient tous les trois à la recherche d’un nouveau projet. Si Jeff et David tournaient déjà ensemble depuis dix ans, Gunnar quant à lui, cherchaient des nouveaux compères pour chanter avec lui la centaine de morceaux qu’il avait composé, et qu’il gardait sagement sur son ordinateur. La suite s’est presque faite naturellement. Or, depuis cette époque, Gunwood a donc parcouru du chemin. Ce premier album ressemble-t-il à l’idée que les garçons s’en faisaient il y a cinq ans ? « Si nous avions effectivement eu très rapidement l’album en tête, nous avons avant tout choisi de faire une musique qui nous tient à cœur, on voit comment ça vient. Il y a toujours un décalage dans le temps, dans la musique. C’est un domaine où rien n’arrive jamais comme prévu »Avec humour, ils comparent leur vie de groupe à une relation amoureuse, avec des hauts, des bats, et la naissance de l’album. Un beau bébé, on le leur accorde !

De l’EP à un premier album

Traveling soul est donc le premier album du trio, et fait suite à un EP. Ce dernier a permis au groupe de se faire connaitre du public français qui a, par la suite, aidé à financer une partie de cet opus. Mais le crowdfunding ne met-il pas plus de pression pour la conception d’un premier album ? « Non, la pression est déjà là au départ, dès que l’on rentre en studio. Lorsque l’on fait un album, on y met notre personne, on est à fond dans l’histoire que l’on veut écrire, que l’album ait été financé en partie par le public ou non. Dans les deux cas, on veut que ça plaise tout autant, met on cherche surtout à faire ce que nous imaginons ». L’implication des garçons paye : voilà dix mois qu’ils écument les routes avec Traveling Soul, et l’intérêt prend. Le plus beau compliment que l’on peut faire sur cette première œuvre ? « Que ça ne ressemble à rien d’autre qu’on ait déjà entendu. » Néanmoins, si le trio profite de sa tournée, il ne chôme pas pour autant. L’immersion sur scène et les résidences leur permettent également d’alimenter le contenu de leurs futurs titres, auxquels ils pensent déjà. 

 

Gunwood, un univers bien à eux 

Atout et challenge, le style musical du groupe est très peu présent sur la scène française. À mi-chemin entre les USA et l’Irlande, ils mélangent la country, le blues, le rock, la folk. Leur trio vocal fait également tout leur charme. « Il y a dans notre originalité un bel atout. De plus, notre style permet d’envisager d’exporter Traveling soul dès 2019 ». Cet univers musical et vocal leur permet de donner corps à un album qui nous accompagne volontiers dans nos voyages, thème qui tient très à cœur le trio. En effet, les membres du groupe se sont inspirés de leurs propres expériences sur les routes, non seulement pour cet album mais, de manière générale, pour l’ensemble de leur carrière. « Le voyage le plus fort que j’ai vécu était plus intérieur que géographique. Je suis parti en stop, sac à dos sur le dos, dans le sud de la France et en Espagne. Ça m’a vraiment permis de me remettre en question, d’être face à moi-même, mais aussi de faire beaucoup de belles rencontres. En rentrant à Paris, je savais que je me consacrerai à la musique (Gunnar). Avec Gunwood, on est en perpétuel voyage. Avec David, j’ai parcouru toute l’Europe. Chaque voyage alimente le suivant. Le voyage c’est des rencontres avant tout, on est face à d’autres humanités, on fait face à d’autres tranches de vie, aux antipodes de la tienne. Ça t’alimente tout le temps. Je vis ça encore avec Gunwood, chaque concert est un nouveau chemin (Jeff) . »

En parlant de rencontre, nous retrouverons Gunwood face à leur public parisien au Café de la Danse le 13 avril prochain.

Tracking List

1 – Traveling Soul
2- Daydreams
3 – Tales
4 – Swimming
5 – Rainchild
6 – I wanna betray myself
7 – Sweet holy road
8 – Hey little Brother
9 – More
10 – Rescue
11 – Old Man song
12 – Afraid of the dark
13 – More (ft. Ben l’Oncle Soul)

SHARE
Une oreille dans la musique, une main dans l'édition, un pied dans la culture.