Fishbach, l’héritière de la pop des années 80

1
616

Fishbach est en concert le 8 juillet à la Philharmonie de Paris, aux côtés de la nouvelle génération de la variété française. Son premier EP, sorti en 2015, réinvente la pop et l’électro des années 1980. 

Fishbach est une jeune femme de 24 ans qui nous vient de Champagne-Ardenne. Ses armes : son synthé et son ordinateur. Elle réanime la variété française sur des notes new-waves et s’imprègne de la pop des années 80. Influencée par la musique qu’écoutaient ses parents, elle y replonge, et traverse les décennies sans ringardise. Nous prouvant ainsi l’intemporalité de la musique électronique.

Elle assume une voix singulière, raisonnante, volontairement masculine mais élégante. Elle semble parfois possédée, aussi bien dans sa manière de chanter que dans sa présence scénique, mais reste toujours emprunte d’une émotion sincère.

Au même titre que La Femme, et Bagarre, elle remet la variété française au goût du jour, genre musical qui semblait remporter moins de succès depuis les années 90.

https://www.youtube.com/watch?v=2G0nAtU72HM

 

Si son premier EP éponyme est sorti le 15 novembre 2015 sur le label Entreprise, elle l’a enregistré d’elle-même, à domicile, avec l’aide de Stéphane Alf Briat – ce dernier est à l’origine de nombreux mixages, notamment pour Véronique Sanson, Lunatic, Sinclair, Mustang

Les chansons de Fishbach nous parlent, par le choix des mots elle les rend universelles. L’EP s’ouvre sur un Tu vas vibrer sensuel et électrisant, enchaîne sur un Mortel hypnotique, un Béton Mouillé inquiétant, et se termine un Night Bird mélancolique, dont Bernard Lavilliers nous avait donné les premières notes il y a 35 ans. Elle reste donc fidèle à ses influences.

Elle est en concert à la Philharmonie de Paris le 8 juillet prochain, pour le festival Days Off. À ses côtés : Isaac Desillusion, Bagarre, L’impératrice, Pépite. Vous pouvez réserver vos places pour cette soirée ici. Retrouvez également notre article sur son dernier titre Femme fantôme, en collaboration avec Lockhart en cliquant ici.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here