Pour la quatrième année consécutive, tout l’été, et chaque semaine, Untitled Magazine vous propose trois livres à lire. Que vous soyez dans votre maison de campagne, au bord de la plage, entre amis ou encore au travail, vous devriez trouver votre bonheur.

Ils partiront dans l’ivresse, Lucie Aubrac

Ils partiront dans l’ivresse retrace la vie de Lucie Aubrac, et de son mari, résistants durant la Seconde Guerre Mondiale. Ce dernier, se fera arrêter par la police nazie lors d’une réunion de résistants. Sa femme, alors enceinte de son second enfant tentera le tout pour le tour pour le retrouver et le faire libérer. Sous forme de journal intime, elle nous raconte sa vie à Lyon, son métier d’enseignante et son passé de résistante. Elle nous parle d’une époque, durant laquelle elle était obligée de lutter envers et contre tout, mais surtout contre l’occupant. Elle nous fait revivre cette période durant laquelle les français devaient lutter pour se nourrir, trouver des bons de nourritures pour du lait, du pain, du tabac, subvenir à ses besoins et se procurer de faux papiers quand ont était juifs et/ou résistants dans le besoin.

Avec émotion, elle parle de cette année particulière, avant de rejoindre Londres et De Gaulle durant laquelle elle a tout fait pour sauver son mari. Elle y décrit avec brio l’arrestation de la Gestapo de son époux et de Rex (Jean Moulin) à Caluire. Mais aussi comment, avec une force surhumaine, s’est démenée – en prenant des risques inconsidérés – pour faire évader son mari. Entre doute, tristesse, solitude, mais sans jamais renoncer, elle s’est battue pour ses convictions et pour la France. Un livre témoignage touchant qui documente cette période trouble qu’est la Seconde Guerre Mondiale.

« Ils partiront dans l’ivresse », Lucie Aubrac, Editions Points, 288 pages, 7,50 euros

 Concours pour le paradis, Clélia Renucci

1577, Venise. Un terrible incendie vient de détruire le palais des Doges et les fresques en ornaient les murs. En cette fin XVIème, un concours est organisé pour peindre une représentation du Paradis. A cette époque, Venise est en concurrence directe avec Rome, et la religion chrétienne tient une place très importante.

Ce concours attire les plus grands : Vérone, le Tintoret, Palma le Jeune, Fransesco Bassano. Mais c’est surtout Paolo Caliari, qui vient de Vérone et plus connu sous le nom de Véronèse et le Tintoret – connu pour sa politique de dumping pour s’attirer les commandes – qui vont s’affronter.

Entre jalousies et coup bas, en matière de peinture, rien n’est trop beau pour remporter la commande. Sous nos yeux, l’auteur fait déambuler une multitude de personnages haut en couleurs, tous prêt à tout pour remporter ce concours. Clelia Renucci livre une très beau roman historique court mais instructif, sur une époques où tensions et querelles ont jalonné la vie de Venise.

« Concours pour le paradis », Clélia Renucci, Editions Livre de Poche, 240 pages, 7,40 euros

Le Manuscrit inachevé, Franck Thilliez

Une voiture est retrouvée aux alentours de Grenoble avec dans le coffre le corps d’une jeune fille, pieds et mains liés, les orbites creux. Qui est-elle et qui a fait ça ? Les policiers en charge, Vic et Vadim, vont vite se retrouver dépassés par une affaire tissée d’autres plus anciennes. En marge de cette affaire, l’auteure Léane Morgan pleure la disparition de sa fille, aux prises avec un mariage qui bat de l’aile. Quand un beau jour, son mari se fait agresser…

Franck Thilliez signe à nouveau un polar extrêmement addictif. Maitre du polar français, le cadre du roman nous plonge dans les montagnes, ce qui plante le décor de ce récit énigmatique. Qu’est-ce qui lie tous ces personnages ? Qui as tué ? Ce sont les deux questions qui nous hantent pendant notre lecture. Une fois qu’on a mis le nez dans ce roman, on ne s’arrête plus.

Si vous êtes amateurs de polar, alors foncez, ce roman entre thriller et littérature est vraiment celui qu’il faut lire.

« Le manuscrit inachevé », Franck Thilliez, Editions Pocket, 624 pages, 8,70 euros