Tout l’été, et chaque semaine, Untitled Magazine vous propose trois livres à lire. Que vous soyez dans votre maison de campagne, au bord de la plage, entre amis ou encore au travail, vous devriez trouver votre bonheur.

« En veilleuse », Matt Sumell

Alby est un trentenaire en colère, tout le temps et contre tout le monde, et il nous le fait savoir. Il peste, il insulte, il déteste, il détruit, mais surtout il tape. Sa colère se transforme en violence plus souvent qu’il ne le voudrait, une violence tout à fait irrépressible, qui lui fait taper sur la première personne à côté de lui. Et pendant plus de 200 pages, Alby, utilisant la première personne, s’évertuer à nous raconter sa vie, à nous faire comprendre sa violence, ne cherchant jamais à m’excuser ni à la justifier mais en tentant d’apprendre à vivre avec. Et quel étonnement quand un seul être trouvé grâce à ses yeux : un petit oiseau qu’il retrouve presque mort devant chez lui et qu’il décide de recueillir. Pendant quelque temps, Alby sera un autre homme et tentera d’inculquer à cet oiseau ce qui semble être la cause de sa violence, une forme de frustration intense. On retrouve aussi cet aspect du trentenaire quand il partage sa vie avec Jason, son bouledogue français qui semble compter pour lui d’une façon qui l’apaise.  

Ce roman, qui malgré sa violence dans les mots et dans les épisodes racontés se lit très bien l’été, nous fait rentrer dans le quotidien d’une famille d’américains, new-yorkais, pas plus spéciale qu’une autre. Alby a une grande sœur et un petit frère, mais surtout une mère qui a un cancer en phase terminale. Et c’est bien cet événement qui sera le fil rouge de tout le roman, qui reliera les épisodes sans lien temporel apparent, et qui changera la vie d’Alby. La prose crue de Matt Sumell donne un réalisme presque affolant à ce livre, et le lecteur se retrouve comme un voyeur qu’on obligerait à regarder les passions les plus profondes, les plus intimes et les plus honteuses d’un homme qui ne peut s’empêcher de « casser la gueule » de chaque personne qui tombe sur son chemin… Et on finit par s’attacher à lui et à se régaler de ses péripéties ! 

« En veilleuse », Matt Sumell, Editions 10/18, 264 pages, 7,50€

« L’insouciance », Karine Tuil

Karine Tuil signe un roman juste faisant tristement écho à notre époque. Romain, Marion, François, Osman n’ont rien en commun mais sont tous à la recherche d’un même idéal. Romain, le lieutenant de retour d’Afghanistan tombe amoureux de Marion, jeune journaliste déraisonnée et mariée à un homme d’affaire. Ce mari, c’est François Vély – qui est en fait l’anagramme de Lévy. Ensuite, il y a Osman, fils d’immigrés qui s’est imposé en politique mais jusqu’à quand ?

Emporté de notre plein gré, on plonge dans ce livre en ayant le souffle coupé par la réalité brutale de notre monde. La politique, le pouvoir, le racisme, l’abandon, la guerre, la famille… Une multitude de thèmes qui sont traités avec cette plume noire, pessimiste qu’utilise Karine Tuil. Ces personnages inspirés de personnalités existantes, tout comme les faits, ne rêvent que d’une chose : l’insouciance. Oui, cette insouciance c’est l’amour, le plaisir, le sexe, le désir… Peut-être est-ce une forme de bonheur ? Et pour s’en sortir, oublier son malheur, chacun se plonge dans l’autre, à la recherche de ce paradis perdu. Voilà quatre êtres humains, en proie à la violence de notre monde impitoyable. Et c’est la fin de l’insouciance. Karine Tuil signe plus qu’un roman, c’est notre réalité.

« L’insouciance », Karine Tuil, Editions Folio, 554 pages, 8,30 euros

 « Putain de foot », Roland Chatard

Pour tous ceux qui ont déjà la nostalgie des émotions ressenties pendant cette si belle Coupe du Monde, on a ce qu’il vous faut ! Putain de foot est un petit roman policier, bien écrit et bien ficelé, qui met en scène le monde du foot. Philippe Scham, vice-président d’un lub de foot français qui vit une descente aux enfers en même temps que sa relégation, est aussi commissaire de police à Paris. Et, quand il retrouve une jeune et belle femme morte après s’être jetée par sa fenêtre, il se rendra vite compte que ses deux mondes communiquent plus qu’il ne l’aurait pensé…

Entre corruption aux sommets des instances footballistiques et passion pour le ballon rond, Roland Chatard propose à ses lecteurs une plongée au sein d’un monde qu’on connaît à travers la télévision et la médiatisation de ses stars, mais qui est aussi un monde fait de scandales, de malversations financières, et même parfois de trafic de drogues. Le commissaire Scham, personnage attachant qu’on aimerait suivre dans d’autres enquêtes mais encore plus dans son rôle au sein du club de foot, nous redonne espoir : il existe encore des gens qui s’intéressent au foot par passion. Un livre à lire pour patienter durant ces quatre années qui nous séparent de la prochaine Coupe du Monde !

« Putain de foot », Roland Chatard, Editions Lucien Souny, 168 pages, 6,50€

SHARE