Desert Breath : 10 hectares du désert du Sahara oriental en Egypte ont été investi de 1995 à 1997 par Alexandra Stratou, Danae Stratou et Stella Constantiniens (D.A.S.T Arteam) pour réaliser une sculpture de Land Art monumentale. Entre oubli et redécouverte, cette spirale du désert fascine toujours.

Cette réalisation de Land Art, vouée à disparaître (selon les aléas climatiques et humains), est composée de deux spirales imbriquées et décalées l’une par-rapport à l’autre. La forme qui les compose les différencie. Une spirale est faite de 89 creux quand l’autre est faite 89 de cônes. Ce jeu de positif et de négatif se retrouve dans un cercle central. Un petit lac de 30 m de diamètre s’est asséché, laissant apparaître en son centre une montagne de sable, ultime cône central.

desert-breath-5
Desert Breath, © DAST arteam

L’ampleur et l’originalité de cette spirale ont fait beaucoup parler d’elle au moment de sa réalisation. Contrairement à la fameuse Spiral Jetty de Robert Smithson aux Etats Unis qui est régulièrement recouverte par la marrée, Desert Breath est continuellement visible, seule sa détérioration la fera disparaître. Pourtant, cette oeuvre de Land a été oubliée. C’est seulement en 2014, alors que des utilisateurs de Google Maps croyaient y voir une nouvelle forme de dessins énigmatiques à l’image des ceux de Nazca, que Desert Breath a connu un regain d’intérêt. Sa conservation était exceptionnelle. Néanmoins, l’eau du cône central s’est évaporée et quelques aspérités sont visibles. La structure globale et la précision des spirales restes intactes. La poésie de cette oeuvre majestueuse dénote avec le tour de force technique nécessaire à sa réalisation. Desert Breath mérite de ne pas être oubliée.

Desert Breath, © DAST arteam
Desert Breath, © DAST arteam
Desert Breath, © DAST arteam
Desert Breath, © DAST arteam

__

Pour voir Desert Breath sur Google Earth cliquez ici ou rentrez les coordonnées suivantes :  27°22’54.59″N, 33°37’48.46″E

SHARE