Durant un mois, une jeune étudiante a décidé de se photographier avec les hommes l’ayant interpellé dans la rue. L’ensemble des photos sont ensuite postées sur un compte Instagram pour dénoncer ces pratiques abusives. 

« Je sais ce que je te ferais, bébé », « Tu veux un baiser ? », « Hey jeune fille sexy, où est-ce que tu vas comme ça ? ». Voilà des phrases qu’a pu entendre Noa Jansma dans la rue. Sans compter les nombreux sifflements et autres klaxons que beaucoup de filles, comme elle, connaissent. Face à cette situation, la jeune étudiante de la Design Academy de Eindhoven aux Pays-Bas a décidé de réagir avec une idée pour le moins originale et très efficace : demander un selfie à chaque homme qui la harcèle dans la rue durant un mois : « puisque beaucoup de personnes ne savent toujours pas avec quelle fréquence et dans quel contexte le harcèlement arrive, je montrerai mes harceleurs pendant un mois entier » explique-t-elle en introduction sur Instagram.

Des harceleurs aux divers profils

À la fin de ce mois, son compte nommé « dearcatcallers«  dénombre plus de 28 000 abonnés pour 24 photos aux côtés de ses harceleurs. Après avoir postée un dernier selfie fin septembre, Nora Jansma dit vouloir transmettre son compte instagram à d’autres filles, dans différents pays. Et alors que le présentateur Bernard De La Villardière se demandait dimanche dernier dans son émission « Dossier Tabou » qui évoquait le sexisme de rue « s’il n’y a pas dans certains quartiers un facteur culturel ou religieux qui conduit à ce harcèlement« , Nora Jansma montre que les profils des harceleurs sont très variés et ne correspondent à aucune coutume religieuse ou culturelle d’un quelconque pays. Comme l’explique très bien la journaliste Iris Brey dans une chronique sur France Inter.

© Instagram dearcatcallers / Noa Jansma

« Je voulais quelque chose qui me donne du pouvoir sur eux »

© Instagram dearcatcallers / Noa Jansma
© Instagram dearcatcallers / Noa Jansma

 

© Instagram dearcatcallers / Noa Jansma
© Instagram dearcatcallers / Noa Jansma

 

SHARE
Culture & Société