Il est vrai que l’Angleterre n’est pas forcément le premier pays auquel on pense pour la présentation d’une collection croisière printanière… Pourtant, l’anglomania fait son « come-back » pour les pré-collections 2017.

Si Dior a déjà jeté son dévolu sur l’Angleterre, Gucci n’est pas très loin derrière. La griffe a fait le choix d’habiller de mannequins l’abbaye de Westminster, dans une ambiance austère. Un podium spectaculairement long avec ses 30 mètres de sol en pierre, que les mannequins ont foulé sous les yeux attentifs des rappeurs tel que Will I Am et Asap Rocky, qui ont eux aussi joué le jeu de la panoplie Touch british…

Le directeur artistique, Alessandro Michele s’est, encore une fois, amusé et en met plein les yeux. Evidemment, tout est dans l’humour et la gaieté, et on en attendait pas moins de sa part. L’invitation pour le défilé de la collection Croisière Gucci était réalisé sous la forme d’un stéréoscope coloré dont les images ne sont autres que celles de la prestigieuse Abbaye. Ça, c’était déjà drôle. Et ce n’est que le début. Les invités étaient installés sur de superbes petits coussins brodés, prémices d’une future collection Gucci Home peut être (on suppose).

La collection baroque & roll

Fidèle à son approche opulente et joviale de l’habit, le directeur artistique s’amuse à apposer, accumuler, dans une gradation de textures et de couleurs jouissantes. Punk, grand-mère, disco, des soies fleuries aux kilts en tartan en passant par les bombers Union Jack, des animaux mode surréalistes qui composent avec brio des tenues retentissantes de symboliques. Ainsi autrefois considéré comme une faute de (très) mauvais goût, le combo escarpins-chaussettes reçoit également la bénédiction d’Alessandro Michele. Chaque détail qui attrape l’œil en devient délirant.

PHOTO

Des looks inattendus comme le JoggingFourrure. Le look « je sors de chez moi en ayant enfilé ce qui me passe sous la main » devient un basic. Le pull drapeau acheté comme souvenir en 1983 lors d’un voyage à Londres va être ultra-tendance, la jupe écossaise sera au goût du jour que si vous découpez une toile brodée d’une scène de chasse et que vous cousez le morceau sur celle-ci. La tendance bonne nuit fait également son retour, il est temps de découper votre robe dans le couvre-lit en soie de votre tante. L’écolière écolo aux franfreluches qui donnent un côté rétro à votre manteau sans oublier les bijoux tout droit tirés d’un lustre Baccara et des chaussettes de tennis dans des chaussures de Ronald MacDonald.

Attention, toutefois, les détails subtils et le bon goût sont au rendez-vous (comme les écouteurs dessinés par le talentueux Will.I.Am et siglés des deux « G » renversés). Les silhouettes invoquent Vivienne Westwood, une note d’inspiration de l’ère punk et de l’époque victorienne.

Cette nouvelle collection pourrait incarner la jeunesse anglaise un brin rebelle des années soixante-dix. On ira même jusqu’à penser que c’est une photo instantanée retravaillée de la société britannique de cette époque. Des imprimés en abondance, des mélanges de styles, des objets détournés, du nœud, du pompon, de la fanfreluche en abondance… Il a poussé le curseur de la saturation couleur à fond pour ce défilé Croisière 2017.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here