Vendredi dernier le trio dunkerquois Unno, composé de Abaraham « Tismé », Joachim « J.Kid » et Awir Leon, nous a offert leur premier album intitulé Amaai. Un véritable aboutissement et le fruit des six années d’existence du groupe. 

© Crédit Pixelle

UNNO (UNexpected NOte) ce sont ces trois artistes unis dans ce projet commun, qui enchaînent les releases depuis 2016 pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Après un premier EP « As We Land », et un second « Silence » en mars dernier annonçant l’album, ce dernier constituait donc la suite logique des choses. Et pourtant, la logique et le routinier, ce n’est pas vraiment ce qu’ils privilégient dans leur musique. On pourrait leur attribuer le mérite de l’inclassable, mais même cela resterait trop réducteur. Le morceau, une fois produit, décidera lui-même de la place qu’il souhaite avoir sur la scène musicale.

© Crédit Pixelle

En effet, le groupe ne semble se fermer aucune porte quant à leurs influences et leurs outils de prod : on reconnaît de la pop mélodieuse, du jazz, et du hip-hop voire du rap, parfois même dans une seule et même track (on pense à Mighty Venus ou la fin de Make It Many). Le piano côtoie le synthé plus expérimental, et la voix apporte le contraste mélodieux perdu avec les beats déstructurés comme sur Lyre : effet coiffé-décoiffé, cette track est un savant mélange de saveurs auditives avec une guitare électrique incisive, des beats lo-fi et un piano qui apaise pourtant le tout, aidé de la voix magique d’Awir Leon.

Un véritable suspense se glisse dans cet album aux rebondissements imprévisibles : les deux morceaux Doesn’t Have To Be Dark et The Hunt par exemple, pacifiques aux mélodies claires et calmes sans pour autant être tristes, viennent nous apaiser et nous rebooster après The Aftermath, a contrario presque stressante. De la track Comets, lumineuse et orageuse à la fois, à la provocatrice Sirens, leur première release il y a plus d’un an, on sillonne entre le calme et la tempête, à l’image du morceaux-album Amaai qui se traduit par « entre deux pluies » en japonais. Mention spéciale à nos 3 morceaux préférés, à savoir la magnifique et sereine How We Swim, la presque religieuse Thousand Islands, et l’electroniquement mystérieuse Until The Dark, qui vous donneront à coup sûr une envie irrésistible d’écouter jusqu’à la dernière et abrupte seconde cet album généreux qui nous met tout de même une jolie claque.

Jolie claque auditive mais également visuelle, car le groupe a travaillé avec Junta Films (ayant réalisé entre autre le clip de Lost Your Mind de Zimmer & Fhin) sur une œuvre qui illustre chacun des 15 morceaux par une vidéo. Oui oui, 15 vidéos. Ces pièces visuelles sont publiées progressivement sur le compte YouTube de Nowadays Records et sont produites sur un modèle commun : un plan fixe, une seule prise en slow motion, et une danseuse (parmi Marie Marcon, Sandrine Lescourant et Johanna Faye). On peut également reconnaître la même voiture qui fait plusieurs fois son apparition.

Il s’agit donc un LP d’une grande richesse audacieuse qui nous transporte dans leur univers paradoxalement impétueux et éthéré à la fois, nous rappelant que l’essence de la musique est avant tout la liberté.

© Crédit Pixelle

Amaai est disponible en écoute et téléchargement légal depuis le 3 novembre.

Suivez l’actu d’UNNO sur Facebook, Twitter, Instagram et Soundcloud.

DATES A VENIR :
9 Novembre : Le Grand Mix – Tourcoing                                                                        18 Novembre : Le Rocher de Palmer  – Bordeaux (Nowadays party)
24 Novembre : Rockstore – Montpellier
25 Novembre : Festival Bebop – Le Mans

SHARE