En 2005, âgée de seulement 13 ans, Yeonmi Park fuit la Corée du Nord avec sa mère pour rejoindre la Chine où elle finira esclave. À 22 ans, Yeonmi est désormais devenue l’une des plus influentes dissidentes du régime nord-coréen et une activiste reconnue des droits de l’Homme. Comment a-t-elle fait pour en arriver là ?  Elle nous l’explique dans un livre, paru en février dernier et intitulé « Je voulais juste vivre », courageux et plein d’espoir. 

Après des années de privations et de harcèlement, par une nuit glaciale, Yeonmi, 13 ans, et sa mère, réussissent à traverser le fleuve Yalu qui marque la frontière entre la Corée du Nord et la Chine. Elles laissent derrière elles leur pays natal et ses horreurs : la faim, la délation constante et surtout une répression impitoyable, ainsi que le risque permanent d’être exécutées pour la moindre infraction. Mais leur joie n’est que de courte durée. Rien ne les a préparées à ce qui les attend entre les mains des passeurs. Après plusieurs années d’épreuves inhumaines et un périple à travers la Chine et la Mongolie, Yeonmi atteint finalement la Corée du Sud. Dans ce livre, Yeonmi Park nous offre un témoignage rare sur la dictature en Corée du Nord, tenue d’une main de fer par Kim Jong-Il, et reprise depuis 2011 par son fils, Kim Jong-Un. Dans ce livre, Yeonmi Park nous plonge avec elle dans ce sombre régime , subi par les jeunes Nord-Coréens  « Je ne savais même pas qu’il existait d’autres planètes, et que l’Homme avait marché sur la lune.  » Son dur et long parcours laisse place aujourd’hui à un discours très positif, porté par une véritable volonté de faire bouger les choses.

 

À 9 ans, j’ai dû assister à l’exécution d’une amie de ma mère. Son crime ? Avoir regardé et prêté des copies DVD d’un film de James Bond.  

 

Yeomni park

L’une des histoires les plus déchirantes, et des plus inspirantes, que j’ai jamais lues. On ne peut plus l’oublier.   The Bookseller

« Je voulais juste vivre »
Yeonmi Park
Éditions Kero.
18,90 euros

SHARE
Culture & Société