Vous aussi vous êtes perdu.e.s avec toutes les sorties récentes, tous les livres qu’on vous conseille et toutes les recommandations des libraires jusqu’à en oublier de lire des bandes dessinées ? Pas d’inquiétude, on a pensé à tout et on vous concocte des sélections de nos BD préférées !

Carnets de thèse, Tiphaine Rivière

Voilà une BD pas toute récente mais qui n’a rien perdu de sa pertinence et de son humour pour raconter le quotidien de nombreux « thésards », entre une ambition folle de contribuer au monde particulier de la recherche académique mais aussi des désillusions face aux difficultés de ce qu’être doctorant.e implique de nos jours.

Tiphaine Rivière, elle-même passée, par cette période autant passionnante qu’incongrue dans l’existence d’une personne, nous raconte dans cette fiction inspirée de faits réels le quotidien d’une doctorante qui essaye tant bien que mal de mener à bien ce projet.

Une BD à la fois intéressante, mais potentiellement aussi déprimante, pour des personnes elles-mêmes en thèse, mais pas que ! Vous comprendrez mieux votre connaissance qui vit cette réalité, et éviterez peut-être de lui poser les questions convenues qui ne font souvent que rajouter de la pression à cette situation déjà compliquée. Bref, un ouvrage formidable pour comprendre ce petit monde académique fermé sur lui-même dans des situations très concrètes.

 

« Carnets de thèse », Tiphaine Rivière, Editions Seuil, 180 pages, 19,90€

Maison Ronde, Charlie Zanello

Charlie Zanello a passé une année entière en immersion à Radio France à Paris. Il s’est glissé dans les coulisses de la grande dame radiophonique, y a croisé les stars de notre transistor, qu’on écoute sans relâche. 

Le rouge de France Inter, le bleu de France Bleu, le violet de France Culture, le jaune de France Info… Mais que se cache-t-il réellement derrière ces voix ? Pour en témoigner, le dessinateur a recouvert de dessins 8 carnets pour réaliser cette BD et nous dévoiler les coulisses de cette grande maison. Il y a saisi des moments de joie, de tensions, d’effervescence comme ce jour de 2019 où tous attendaient avec impatience les résultats de Médiamétrie. 

Dans ces couloirs qui n’en finissent plus de tourner, il distille des scènes de la vie quotidienne de Radio France, rendant compte de chaque métier, journalistes, animateurs, réalisateur, producteur, mais aussi femme de ménage, secrétaire, chef de la sécurité, qui font vivre cette institution.

Charlie Zanello livre un reportage passionnant qui s’autorise quelques excursions en extérieur (Tour de France, tournage du Jeu des 1000 euros) et rend hommage à la radio publique. 

« Maison Ronde », Charlie Zanello, Editions Dargaud, 200 pages, 22,50 euros

Le Fils du roi, Stanislas Moussé

Dans le deuxième opus de sa saga, Stanislas Moussé nous raconte la vie du fils d’un berger devenu roi, qui hérite du royaume après la mort de son père. Il remplit le rôle de preux chevalier qu’on attend de lui, jusqu’au jour où un ogre affamé s’empare du trône. Entrent alors en scène différents personnages qui vont guider le héros, jusqu’à en découvrir davantage sur lui-même.

Dans cette magnifique BD grand format, en noir et blanc, on ne se lasse jamais des détails dont Stanislas Moussé nous inonde. Chaque case, muette mais au trait plein de sens, apporte à l’histoire, dans un rythme qui prend le temps d’installer l’intrigue, son lot de nuances : l’ogre blanc et immense, la forêt d’arbres géométriques, les boucliers ronds des soldats, et le héros à la bouche ronde. Tant de douceur et de délicatesse émanent du dessin de Stanislas Moussé, entrecoupées de scènes où l’ogre dévore tout ce qui se trouve sur son passage…

On prend le temps de se plonger dans ce nouveau chef d’oeuvre de Stanislas Moussé, où l’absence de mots fait la part belle au talent graphique et à l’expression d’un destin bouleversé et finalement si clair.

« Le fils du roi », Stanislas Moussé, Le Tripode, 126 pages, 20€

Découvrez nos autres sélections de bandes dessinées :