Vous aussi vous êtes perdu.e.s avec toutes les sorties récentes, tous les livres qu’on vous conseille et toutes les recommandations des libraires jusqu’à en oublier de lire des bandes dessinées ? Pas d’inquiétude, on a pensé à tout et on vous concocte des sélections de nos BD préférées !

 Fake news, l’info qui ne tourne pas rond, Doan Bui & Leslie Plée

Saviez-vous que la terre était plate ? Que les vaccins contre le Covid contiennent des puces 5G ? Que les attentats du 11 septembre ont été organisés par la CIA ? Les exemples ne manquent pas et pullulent sur les réseaux sociaux. Et alors que le terme fake news fait désormais partie de notre vocabulaire quotidien, Doan Bui – Prix Albert Londres 2013 – et Leslie Plée se sont intéressés à ces infox, de plus en plus présentes sur les réseaux sociaux et certains médias mainstream. Partout dans le monde, la démocratie est mise en péril à cause de rumeurs ou divagations, que beaucoup considèrent être (encore) la vérité. 

De la terre plate aux mensonges des campagnes présidentielles, de la tuerie de Sandy Hook à une pizzeria qui cacherait un trafic sexuel d’enfants, ensemble ils font le tour de la planète à la rencontre de ceux qui fabriquent les théories du complot, ceux qui les croient et ceux qui tentent de les combattre. Car oui, selon eux, les conspirationnistes sont “le symptôme d’une époque qui n’a plus confiance en rien” et il faut y remédier.

A travers cette compilation de 10 enquêtes illustrées par le trait minimaliste de Leslie Plée, Fake News est l’occasion à tous de rappeler l’importance de toujours tout vérifier. Car comme on l’apprend, une fake news circule jusqu’à six fois plus vite qu’une information vérifiée, grâce à son taux d’outrage moral plus élevé. Il faut le dire, la force de cet album réside dans sa capacité à expliquer au plus grand nombre, de manière simple et toujours vérifiée, les faits pour arriver à déceler le vrai du faux. Un bel ouvrage qui nous permet en images de prendre connaissance du mécanisme des fake news !

« Fake news, l’info qui ne tourne pas rond », Doan Bui & Leslie Plée, Edition Delcourt, 176 pages, 22,95 €

 Les coeurs insolents, Ovidie & Audrey Lainé

Alors que sa fille est désormais adolescente, Ovidie se replonge dans sa propre adolescence, vécue dans les années 1990, dans une banlieue plutôt tranquille. Une adolescence qu’on imagine tranquille face à la violence des réseaux sociaux à laquelle les adolescent.es d’aujourd’hui sont habitué.es. Seulement, au fil de ses flashbacks, Ovidie se remémore des situations de violences sexuelles et sexistes qu’elle voit à la lumière de ce qu’il est désormais possible de dénoncer et de ce qu’on taisait à l’époque. Là où elle était considérée comme une salope étant jeune, elle comprend aujourd’hui que c’était la culture du viol qui s’exprimait.

Cette bande dessinée, illustrée par le trait coloré et plein d’énergie d’Audrey Lainé, est emplie de la douceur qui existe entre Ovidie et sa fille, mais aussi de la violence qui est réservée aux corps des femmes – aussi bien dans les années 90 qu’aujourd’hui – ou à celles et ceux qui prennent des engagements politiques. Ovidie partage donc ses réflexions sur ce que signifie élever une fille alors que la Manif pour tous fait rage, mais aussi à l’époque de #MeToo et des échanges autour du consentement. Une BD tendre dans laquelle beaucoup de mères se reconnaîtront !

 

« Les coeurs insolents », Ovidie & Audrey Lainé, Edition Marabulles, 160 pages, 17,95€

Zero, Taiyou Matsumoto

Miyabi Goshima est un boxeur professionnel au palmarès incroyable. Il est l’indétrônable champion du monde de sa catégorie (poids moyens). Pourtant, notre champion est loin d’être heureux. Il enchaîne les victoires sans plaisir. Il devient aigri et lassé par le manque d’adversaires à sa taille. Il a perdu sa rage de vaincre et son esprit de compétition. La boxe n’est plus ce qu’elle était pour lui.
Contre toute attente, un jeune boxeur mexicain prometteur, Travis Bal, souhaite l’affronter. Goshima accepte, persuadé de sa victoire. Pour lui, ce n’est qu’un adversaire prétentieux qui regrettera de s’être frotté à lui sur le ring. Mais Travis Bal a bien plus d’un tour dans son sac et met notre champion en difficulté. Le combat tant attendu prend une tournure inespérée. Goshima a enfin devant lui un adversaire redoutable et qui le pousse dans ses retranchements.
On retrouve dans Zero, le style implacable et inimitable de Taiyô Matsumoto. Un trait à la fois raffiné et puissant où l’on voit la violence mais aussi la sensibilité des personnages dans chaque coup de crayon. Un roman graphique réaliste sur l’univers de la boxe, où ce qu’il se passe sur le ring va au-delà du jeu et de la pratique sportive. Il est question ici de soi, de mysticisme et de quête de vie. Ce n’est pas un combat, c’est LE combat.

« Zero », Taiyou Matsumoto, Edition Pika Graphic, 440 pages, 25€