Le gain de la liberté
Été 1940. France. Village de Bussy.

Lucie Angellier attend son époux – fait prisonnier de guerre- sous l’œil importun de sa belle-mère… L’armée allemande débarque dans leur village, les deux femmes devront ainsi accueillir le lieutenant Bruno von Falk.

© Steffan Hill
© Steffan Hill

L’originalité de ce film repose sur le point de vue. On a surtout eu à voir des films de guerre racontés par les hommes, par des soldats. Suite Française donne de la voix aux femmes. C’est une histoire de liberté. Une histoire d’amour, de désir. Lucile Angellier a fui Paris pour trouver refuge auprès d’une belle-mère à l’allure austère. Pourtant les deux femmes vont finir par évoluer au fil du récit. Elles deviennent toutes deux des symboles de la Résistance, des femmes libres et indépendantes.

© Bruno Calvo
© Bruno Calvo

Lucile réfléchit sur son mariage malheureux, sur un mari prisonnier qui a reconstruit sa vie. Et elle finit ainsi par s’attacher à cet officier allemand qui loge chez elle… Un soldat par devoir pour son pays, mais un artiste-musicien dans l’âme. C’est grâce à la musique qu’ils vont se désirer… jusqu’à se laisser aller.

Suite Française témoigne du comportement de la population française lors de l’occupation allemande: l’intrusion des soldats au sein des foyers ou encore le chamboulement opéré par les nouvelles règles de vie. Le film relate également le fonctionnement d’une société sous le joug pyramidal, les dénonciations entre voisins, la collaboration ou encore le fruit des amours clandestines.

© Bruno Calvo
© Bruno Calvo

Dans le film, le Vicomte Montmort et son épouse font passer leurs besoins au-dessus de celui des habitants de Bussy. Lorsque leur métayer Benoît, figure de la Résistance, s’introduit dans leur propriété pour y voler un poulet afin de se nourrir, la vicomtesse le dénonce. Mais l’histoire prend un autre tournant et rien ne se passe comme prévu… L’occupant ne différencie pas les pauvres des riches.

© Steffan Hill
© Steffan Hill

Suite Française s’inspire de l’œuvre de la romancière Irène Némirovsky, morte en 1942 à Auschwitz. Ses écrits ont été publiés par l’intermédiaire de sa fille, Denise Epstein. Il recevra le prix Renaudot en 2004.

Guerre, amour et background historique. Suite Française est un film à ne pas manquer.

https://www.youtube.com/watch?v=JFqTiDfq-XE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here