Claude et Marie sont de bons catholiques. Ils ont quatre magnifiques filles qu’ils ont élevées de leur mieux pour en faire de brillantes jeunes femmes épanouies. Ils vont régulièrement à la messe pour louer le Seigneur. Ils habitent une charmante propriété à Chinon et entretiennent à la perfection le parc qui cercle la demeure.

© DR. Tous les droits réservés.
© DR.
Tous les droits réservés.

Alors qu’ont-ils bien pu faire au bon Dieu pour mériter ça ? Pourquoi diable le sort s’acharne-t-il sur eux de la sorte ? Après avoir laissé leur trois premières filles épouser Rachid, David et Chao, la petite dernière, Laure, apparaît comme leur ultime chance de voir une Verneuil se marier avec un bon français de souche. Alors quand ils apprennent qu’elle s’est fiancée avec Charles, certes catholique mais d’origine africaine, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le bénitier !

© DR. Tous les droits réservés.
© DR.
Tous les droits réservés.

Cette belle réussite cinématographique s’organise donc autour d’un synopsis simple mais d’une efficacité redoutable. Le scénario ne se perd (presque) jamais dans des gags grossiers et invraisemblables. En somme, on y croit.

© DR. Tous les droits réservés.
© DR.
Tous les droits réservés.

Dans la veine des feel good movies, le réalisateur Philippe de Chauveron parvient à créer une ambiance joyeuse et conviviale qui donne le sourire. Et le jeu des acteurs n’y est pas pour rien. La complicité des gendres, le désarroi des parents, les dilemmes des filles, tout sonne juste et naturel.

© DR. Tous les droits réservés.
© DR.
Tous les droits réservés

Les clichés, tous plus racistes et intolérants les uns que les autres, fusent sans jamais choquer car, si chacun en prend pour son grade, personne ne se prive de tacler son prochain. Intelligemment, le film évite et contourne le jeu dangereux du manichéisme et parvient ainsi à s’éloigner de la caricature.

© DR. Tous les droits réservés.
© DR.
Tous les droits réservés.

En duo opposé mais si attachant, Christian Clavier et Pascal N’Zonzi véhiculent un joli message d’espoir, tout comme Chantal Lauby qui rappelle que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis. L’ensemble reste donc simple, consensuel et sans prétention mais l’on s’assure de passer un bon moment.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here