Pourquoi j’ai pas mangé mon père est la première réalisation de Jamel Debbouze, librement inspiré du livre de l’auteur britannique Roy Davis, Pourquoi j’ai mangé mon père. Un défi de taille et un premier long-métrage réussi qui plaira à toute la famille.

« Un simple doublage qui s’est transformé en véritable expérience. » C’est en ces termes que Jamel Debbouze a débuté sa première expérience de réalisation, Pourquoi j’ai pas mangé mon père. Le projet, sur lequel le studio français Pathé travaille depuis plus de dix ans, s’est finalement retrouvé dans les mains du comédien français.

Le film d’animation Pourquoi j’ai pas mangé mon père raconte l’histoire d’Edouard, fils aîné de Siméon, roi des simiens, à l’ère de la Préhistoire. Considéré à sa naissance comme trop différent, il est rejeté par son père, lui préférant son frère Vania. Vivant à l’écart de sa famille biologique, Edouard est finalement élevé par Ian, un simien lui aussi différent, timide et attachant. Edouard est très ingénieux et va faire des découvertes qui vont révolutionner les simiens. Il va petit à petit être suivi par la tribu, provoquant les foudres de son frère Vania.

© Pathé Distribution
© Pathé Distribution

Pourquoi j’ai pas mangé mon père est le premier film de Jamel Debbouze. La tâche que s’est imposée le comédien n’a pas été facile à terminer. Sept ans de travail pour mener à bien un long-métrage de 42 millions d’euros. Utilisant les techniques de motion capture qu’on peut retrouver dans des super productions comme La Planète des Singes ou Avatar, Jamel Debbouze n’a pas lésiné sur les moyens et a su être patient pour offrir une œuvre digne de ce que produisent les plus grands studios américains. Les performances des comédiens, qui ont dû se mettre dans la peau de singes, est à féliciter. Sa première, derrière les caméras, est convaincante et réussie pour un premier film aussi technique.

Ce long-métrage d’animation est chatoyant. On en prend plein les yeux avec une palette de couleurs très large. On regrette seulement le côté carton-pâte de certains décors. Les simiens, personnages principaux, sont attachants, notamment le personnage principal, Edouard, très librement inspiré de Jamel Debbouze. Par contre, ceux qui n’aiment pas l’humour de Jamel, passez votre chemin car la plupart des ressorts comiques de l’acteur sont présents. Mention spéciale au personnage de Vladimir, serviteur du roi Siméon, qui prend les traits de Louis de Funès, grâce à la performance de Patrice Thibaud. Un hommage voulu par Jamel Debbouze qui permet de faire revivre le mythe De Funès le temps d’un film.

© Pathé Distribution
© Pathé Distribution

Concernant le scénario, le film met un peu de temps à démarrer, jusqu’à la rencontre d’Edouard avec Lucy, sa future dulcinée. Comme la plupart des films d’animation actuels, le film se destine autant aux jeunes qu’aux adultes. Plusieurs lectures peuvent être faites du film et les valeurs de partage, de découverte, de curiosité, d’entraide et d’exclusion notamment y sont traitées. Une façon ludique et originale de traiter de valeurs universelles aux enfants.

Au final, Pourquoi j’ai pas mangé mon père est un film d’animation réussi, qui peut se targuer d’être 100% français. Des animateurs aux producteurs en passant par les acteurs, tout ce petit monde s’est donné les moyens de créer une œuvre fédératrice et innovante. On doute cependant que le film dépasse les frontières françaises, l’humour de Jamel étant omniprésent et difficilement adaptable au marché américain.

Pourquoi J’ai Pas Mangé Mon Père

Un film de Jamel Debbouze

Avec Jamel Debbouze, Mélissa Theuriau, Patrice Thibaud, Arié Elmaleh…

Sortie le mercredi 8 avril 2015

© Pathé Distribution
© Pathé Distribution

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here