Concert : Emilie & Ogden aux Trois Baudets

0
315

Pour la promotion de son nouvel album 10 000, Emilie & Ogden était en concert à Paris pour la première fois ce mardi 23 Février aux Trois Baudets. Retour sur l’intimité d’un concert en petit comité.

La salle est déjà plongée dans une obscurité déséquilibrante quand on arrive et qu’on s’installe en essayant de ne pas se casser la figure. Emilie Kahn entre sur scène, et rejoint le second membre qui l’attend patiemment : Ogden, sa harpe. Elle s’installe tranquillement, éclairée par une petite lumière en suspension retenue dans une cage blanche. On s’installe aussi dans cette atmosphère délicate, qui rappelle aisément l’ambiance intimiste d’un jardin de campagne éclairé à la guirlande. Elle commence à jouer, à faire virevolter doucement ses doigts sur les nombreuses cordes de sa harpe avec une évidence bluffante. C’est un spectacle étonnant auquel il est rare d’assister, qui plus est avec la maîtrise dont la jeune chanteuse fait preuve.

© Laurence Buisson
© Laurence Buisson

Emilie accompagne ces mélodies enchanteresses de sa voix mielleuse, un mix entre Joanna Newsom et des aigus à la Kate Nash. Tout est très doux, tout est très lent. Elle entame ensuite « Blame », première chanson de l’album au début plus énergique et à la suite plus proche du murmure, un murmure dont les vibrations se brisent sur des paroles et tonalités qui font penser à une petite balade amoureuse nostalgique. « Closer », la chanson qui fait suite, s’enchaîne sur une litanie similaire : sans connaître les titres il serait compliqué de différencier une chanson de l’autre. Closer est un peu plus sombre, un peu plus triste, c’est joli mais on commence à s’endormir. Pour nous réveiller un peu, Emilie interprète la reprise de « Style » de Taylor Swift qui l’a faite connaître sur le web : c’est exactement la même chose que l’originale, en plus lent et en plus agaçant puisque la voix mièvre de la chanteuse finit par agacer. Elle mange ses mots, accumule les effets, rajoute des vibrations doucereuses…. Des accents que l’on retrouve dans la chanson suivante, sans réelle variation.

Elle se lance heureusement dans l’interprétation de son nouveau single « 10 000 », aux tonalités plus vivantes et plus pop. Elle nous apprend que son album, du même nom, sortira en France le 22 avril 2016, et nous introduit gentiment à l’art de la harpe en nous expliquant que « La harpe c’est comme un piano mais sans touches noires ».Elle repart ensuite sur une chanson dans la même veine énergique et pop, « What Happened ». C’est très agréable, et sa voix trouve une place plus naturelle dans le choix de cette chanson aux tonalités jazzy. Après cette petite remise en jambe, Emilie nous explique que « Dream », la chanson à venir, a été écrite dans le froid canadien auquel elle tentait d’échapper en écrivant. On découvre ainsi une sorte de chaleur tropicale dans son interprétation qui laisse tomber la préciosité et épouse une attitude plus badine. Enfin, pour clore cette première date parisienne, Emilie choisit de nous faire découvrir « White Lies », un titre plus agressif et plus punchy qu’elle joue avec l’énergie qui lui manquait au début. Emilie & Ogden est un très beau duo, qui gagnerait à s’écarter de son répertoire un peu mièvre et à se rapprocher de ses chansons plus animées comme What Happened ou White Lies.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here