L’artiste américaine Coco Bans révèle ce mercredi le clip de Make it Up, extrait de son premier EP à venir ! Avant de la retrouver sur la scène de La Boule Noire le 19 octobre dans le cadre du MaMA Festival, nous lui avons posé quelques questions.

Coco Bans, retenez bien ce nom. Celle qui s’appelle Allyson Ezell à la ville a déjà collaboré avec Lil Wayne, Julian Perretta, Fakear, Kiddy Smile ou Jabberwocky, et compte bien s’imposer sur la scène pop alternative française grâce à son premier EP Fantasy & Parables, dont la sortie est prévue pour début 2019. Coco Bans se produira à Paris sur la scène de La Boule Noire à 21h30 le 19 octobre dans le cadre du MaMA festival, dont Untitled Magazine est l’un des ambassadeurs.

Parmi la programmation riche et très qualitative du MaMA, Coco Bans est l’un de nos coups de coeur. Ce 10 octobre, elle nous révèle le clip de Make it Up, tourné lors d’un rassemblement tuning en Alsace. Une vidéo à la fois sombre et lumineuse, réalisée par Fanny Schlichter et Brice Krummenacker, une bonne introduction à l’univers à la fois clinquant et décalé de Coco Bans.

Musicalement, Make it Up est un petit tube pop-folk dans la lignée des tout premiers titres de Katy Perry, époque One of the Boys. Le reste de l’EP Fantasy & Parables, composé de cinq titres en tout, offre une mosaïque de sonorités et d’intentions intéressante. On y trouve une touche de lyrisme gospel, une autre de sensibilité folk, un brin d’énergie électro et enfin la redoutable efficacité de la pop. Un cocktail détonnant à l’image de la personnalité de Coco Bans, à qui nous avons pu poser quelques questions.

Trois questions à Coco Bans

Bonjour Allyson, tu es américaine mais tu vis à Paris depuis 13 ans je crois, qu’est-ce que tu aimes ici qui t’a poussé à rester et comment cette double identité façonne ta musique aujourd’hui ?
Coco Bans :
Hello ! C’est exact ! Je me sentirai toujours américaine mais la France est maintenant « home » pour moi. Je suis arrivée à Paris dans la mode, mon job à l’époque. Puis il y a 5 ans un ex m’a acheté une guitare et m’a dit « Maintenant ca suffit, il faut que tu chantes! » Il a changé le cours de ma vie et je lui en suis reconnaissante. J’avais toujours chanté, en famille et à l’église, mais j’ai eu du mal à accepter cette énorme partie de moi, à l’assumer vraiment. Je porte en moi tout le chemin derrière moi, toutes ces expériences de mon enfance dans l’Iowa et maintenant de ma vie ici.

CocoBans (c) Brice Krummenacker

J’aurais du mal à définir un « style » Coco Bans. Comment décrirais-tu ton univers et cet alter-ego « Coco Bans », pourquoi ne pas t’être présentée sous le nom Allyson Ezell ?
Comme beaucoup d’artistes alternatifs, je mélange des styles. Chez moi c’est la folk de mes racines – enfant du midwest des Etats-Unis où j’ai grandi avec un père guitariste qui m’exposait à Tom Petty, Dire Straits et Fleetwood Mac et une mère peintre fan de Tracy Chapman et Joni Mitchell – et de la France où je suis rentrée dans le monde électronique. Finalement ça fait un mix d’influences que je digère et traduis à ma façon. Au final, je souhaite juste transmettre des histoires universelles et des chansons que l’on peut chanter sous la douche ou dans la voiture, qui font frissonner, qui font bouger l’âme. C’est ça Coco Bans et cet alter-ego m’offre une espace où je peux explorer tout ça librement.

Qu’est-ce que tu aimes dans le live ? Comment prépares-tu ton concert à La Boule Noire dans le cadre du MaMA Festival ?
J’aime voir les gens devant moi, avec leurs sourires et leurs corps qui bougent avec le son. Cette une expérience partagée à chaque fois, jamais pareil, c’est génial ! Avec les musiciens (Bastien Corné, Romain Lantenois et Marius Paijens, Lucas Ramos au son et Tommy aux lights) nous sommes en plein préparation pour offrir le meilleur de nous-même. On essaie de rester simple, de toujours prendre le temps de rigoler et j’espère que ça se fera ressentir le 19 octobre ! On a tellement hâte !

Coco Bans (c) Fanny Schlichter

Coco Bans, Make it Up extrait de l’EP Fantasy & Parables (2019).
En concert au MaMA Festival le 19 octobre 2018 à 21h30 à la Boule Noire.
Tarifs : de 21 € (Pass 1 jour) à 55 € (Pass 3 jours)
Page FB de Coco Bans

SHARE
Journaliste, curieuse et amoureuse des mots, j'aime partager mes découvertes musicales et artistiques sur la toile.