Plus de trois ans après leur dernier album, Lost In The Dream, que l’on a eu de cesse d’écouter en boucle, le groupe américain revient avec un nouvel opus qui confirme tout le bien que l’on pensait d’eux.

Quand The War On Drugs sort « Lost In The Dream » en 2014, le groupe a déjà deux albums derrière lui mais encore une reconnaissance à obtenir. Devant le succès de ce dernier, le risque était de s’enfoncer dans un confort potentiellement dangereux pour une formation de cette trempe. Mais tout en restant dans la veine du dernier album, « A Deeper Understanding » surprend encore et réjouis les inconditionnels du groupe que nous sommes.

Avec ce nouvel album, The War On Drugs, revient à des morceaux moins sombres, mais toujours beaux, en convoquant les sentiments les plus personnels de son leader, Adam Granduciel. Ce dernier s’est imposé comme l’un des plus solides songwriter américains. Le multi-instrumentiste, tête pensante du groupe, inscrit sa formation dans la lignée de références prestigieuses telles que Neil Young ou Bruce Springsteen. S’il a quitté sa Philadelphie natale pour s’installer à Los Angeles pour l’enregistrement de l’album, il raconte toujours l’histoire d’une Amérique qui est la sienne, profonde, écorchée, mais terriblement chaleureuse et attachante. Granduciel véhicule dans sa voix pudeur et fragilité qui touchent physiquement tout au long de l’écoute, on en ressort marqués.

« A Deeper Understanding » est une succession ambitieuse de pistes touchant au sublime. Émus, on se laisse embarquer dans une vieille auto sur les routes caillouteuses de l’Amérique des grands espaces avec pour seul habit un jean passé d’âge et un t-shirt un peu crasseux. Il y a quelque chose de suranné chez The War On Drugs, l’impression que le temps passant le groupe ne cède pas aux sirènes d’un rock plus pop et un peu plus léger. Et si les synthés sont bien présents, là aussi cela se fait dans une volonté de coller avec un héritage musical d’il y trente ans.

The War On Drugs va désormais partir en tournée, ils seront au Bataclan le 6 novembre prochain, et nous aussi.

SHARE
Breton devenu parisien, avide de culture avec un penchant pour la musique sous toutes ses formes.