Le graffeur C215 met ses talents d’artiste au service d’une opération de soutien mise en place par Reporters sans frontières (RSF) envers les journalistes emprisonnés en Turquie.

Crédit photo @christianguemy
Crédit Photo : @christianguemy

Selon Christophe Doloire, secrétaire général de RSF « la Turquie est aujourd’hui la plus grande prison du monde pour les journalistes. Plus de cent reporters sont en détention provisoire dans des conditions extrêmement sévères, dans le cadre de procédures absurdes. » Cette volonté de mobiliser et de sensibiliser le plus grand nombre passe aussi par la diffusion de certains faits. RFS rappelle quelques chiffres révélateurs. En effet, depuis Juillet 2016 et l’instauration de l’état d’urgence en Turquie plus de cent quarante médias ont fermé, plus de sept cents cartes de presse ont été annulées. Cependant, les dérives vont encore plus loin : plus de cent journalistes sont emprisonnés.

Pour lutter contre l’impuissance ou l’inaction des pouvoirs publics, C215 et RFS ont choisi de mener une action au plus près de la population pour la sensibiliser. Alors que l’on entend parfois des noms, C215 choisi de montrer leur visage. 10 portraits de journalistes en détention ont été immortalisé sur du mobilier urbain dans différents quartiers de Paris. Connu pour ses œuvres engagées, le graffeur a pourtant déclaré « Je suis venu, non pas en tant qu’artiste, mais en tant que citoyen, afin d’interpeller et montrer les visages de dix journalistes turcs actuellement incarcérés. »  Acte désespéré ou source d’espoir, la collaboration de C215 et de Reporteurs sans frontières est au moins source d’information et de réflexion.

Crédit Photo : @christianguemy
Crédit Photo : @christianguemy
Crédit Photo : @vudansmarue
Crédit Photo : @vudansmarue
Crédit Photo : @vudansmarue
Crédit Photo : @vudansmarue
Crédit photo : @vudansmarue
Crédit photo : @vudansmarue

 

SHARE