Ancien multi-instrumentiste d’Okkervil River, Brian S. Cassidy nous dévoile Alpine Seas. Un premier album qui exprime toute la sensibilité d’un artiste pop-folk. 

Brian S. Cassidy s’apprête à sortir son premier opus, Alpine Seas, le 4 novembre prochain. Untitled Mag vous invite à découvrir l’univers musical serein de l’artiste, qui pourrait presque pousser à l’émerveillement.

Un premier album en toute simplicité

La première chose qui frappe est la modestie du premier album de Brian. En effet, après avoir travaillé sur sept albums d’Okkervil River, le multi-instrumentiste et désormais chanteur aurait pu se servir de sa notoriété et continuer dans la même veine que le groupe. Or, dès la première écoute d’Alpine Seas, nous découvrons un univers simple, mélodieux et sans aucune prétention. Poussant à l’extrême son désir d’émancipation, le Texan a enregistré seul, chez lui, chaque morceau. Si l’on pourrait s’inquiéter de la qualité de l’album, cela lui donne avant tout une authenticité brute. On s’imagine sans mal dans un chalet, au coin du feu, Brian jouant ses titres pour clore la soirée. Mélodies subtiles et émotions profondes s’enchaînent et se suivent ainsi sur dix titres, avec une telle continuité que l’on pourrait croire parfois qu’il s’agit d’une seule et même chanson. Artiste passionné, Brian a créé un disque à son image, sans chercher à prouver quoi que ce soit.

Brian S. Cassidy, l’artiste heureux

L’autre élément majeur de l’album est le bonheur qui règne dans chaque titre. Brian, artiste accompli, professeur de musique mais également père de famille, est un homme heureux et le transmet dans sa musique. On ne peut, d’ailleurs, qu’être touchés de la participation de sa fille pour le titre « The South ». Sur les dix titres, nous passons par des émotions de joie, d’espoir, de sérénité. Comme Brian lors de l’enregistrement d’Alpine Seas, nous voilà poussés à l’isolement, dans le sens positif du terme. Le perfectionnisme de l’auteur et son travail méticuleux sur les arrangements achèvent de nous transporter dans un univers calme et apaisé. Quelques titres comme « Arcadia » ou « Uncompahgre » se font un peu plus rythmés, sans toutefois nous extirper de l’atmosphère créée par l’artiste.

Notre coup de cœur restera le dernier titre de l’album, « If I could Write A Song« , où Brian évoque sa peur de la peine d’inspiration.

cover

Tracking list
01- I’m an Ocean
02- Beyond the Dark
03- A Cruise
04- Arcadia
05- Uncompahgre
06- Make Believin’
07-Clare’s Bridge
08- The South
09- Rich Man
10-If I Could Write A Song