Bon Entendeur, le collectif DJ qui réunit trois jeunes talents, a une manière bien à lui de rendre hommage à la scène française, dont il est particulièrement friand. Chaque mois, ces artistes nous livrent une mixtape qui revisite les discours de figures francophones. Ce mois-ci, après de nombreuses demandes de leur public, Bon Entendeur nous dévoile leur vision des discours et réparties cultes de Jacques Brel.

Bon entendeur dépoussière les archives Jacques Brel

D’un côté, un mythe de la chanson française, de l’autre, trois jeunes DJ passionnés. Ce qui les unis ? Le talent. Le trio réussit en effet à remettre au goût du jour des archives audios majoritairement âgées de cinquante à quarante ans. Si Jacques Brel était un poète et compositeur reconnu, il appartient clairement à une autre époque et ses discours peuvent autant susciter admiration que réprobation. Tout le monde ne s’entendra pas sur le fait de dire que l’artiste n’est pas un artiste, au sens de génie créateur, mais un travailleur qui s’est donné les moyens d’être bon. Chacun sa vision des choses. L’important est qu’avec les sélections judicieuses des trois compères, on se prête avec plaisir au jeu de l’auditeur transporté par le discours d’un homme qui a marqué toute une génération, aussi vieillote puisse-t-elle paraître. Avec Bon Entendeur, vous découvrirez ou redécouvrirez ce qu’a pu être l’homme derrière ses chansons. De sa définition du talent aux extraits de films, la mixtape d’une heure reste l’échantillonnage succinct – et peut-être trop – de ce que fût Brel.

« Le talent, ça n’existe pas. Le talent, c’est d’avoir envie de faire quelque chose ».

Une mixtape à peaufiner

Comme chaque mois, on salue l’audace de Bon Entendeur pour s’être attaqué à un mythe de la scène francophone. Pourtant, si la mixtape est très appréciable, elle reste à peaufiner. Tout d’abord, les secondes consacrées à Jacques Brel s’amenuisent au fur et à mesure de l’écoute et n’interviennent très vite que pour servir de transition entre les différents morceaux. Certains titres sont également plus timidement revisité que d’autres. On ne reproche pas du tout au trio d’avoir réalisé sélection musicale totalement éclectique, car le fait de passer de Royal Flush à Jesse James est aussi surprenant qu’agréable. Le problème vient en réalité d’un manque d’unité de leurs mixtapes et de douceur dans les transitions, particulièrement frappante ce mois-ci. « L’Envie » dure certes une heure et doit donc évoluer au fur et à mesure de l’écoute, mais ici un gimmick récurent permettrait d’harmoniser l’ensemble du titre. Hormis le retour de l’introduction à la fin du morceau, il est difficile de se rappeler qu’il s’agit d’une seule et même mixtape. Enfin, choix étrange pour un collectif de DJ, le titre se termine comme il se doit sur un morceau du chanteur belge, « Ces Gens-Là« , mais qui reste sans aucune retouche, originel.

« Un homme dur ça n’existe pas. Un homme qui ne pleure pas, ça n’existe pas ».

Pour retrouver l’interview originale dont sont extraits une grande partie des paroles de la mixtape, rendez-vous sur l’ina !

unnamed-1

Tracklist Mixtape 

J g b – Deixa A Gira Girar
Royal Flush – World Wide (Phoniks Remix)
Jesse James – Stairway To Heaven
Aap Jaisa Koi (Air Zaïre’s Summer Bollywood Voyage)
Unknown Artist – Oye Coma Va (K&F Edit)
CC Amor – Ray Mang
Mozez – Run River (Ray Mang’s Radio Version)
New Order – People on the High Line (LNTG Rmx)
Hot Chip – Started Right (Joe Goddard Disco Rmx)
Purple Disco Machine – Street Life
Coeo – Humbled
Chewy Rubs – Future Freak
Be Svendsen – Bones (Remix)
DJ Lion, Roth, BONDI-The Lion (Original Mix)
Daso – Meine
Mount Liberation Unlimited – Double Dance Lover
Pardon Moi – Inside The Outside (Dombrance Rmx)
Daniel Bortz – Glory Hole
Jacques Brel – Ces Gens-Là

 

SHARE
Une oreille dans la musique, une main dans l'édition, un pied dans la culture.