Pour limiter le gaspillage alimentaire dans ses boulangeries, le boulanger-pâtissier Benoît Castel a imaginé un nouveau pain entièrement réalisé à partir des pains invendus de la veille.

Toujours conscient qu’il faut faire plus et mieux pour sauver la planète, et limiter le gaspillage alimentaire, Benoît Castel, le célèbre boulanger-pâtissier parisien dévoile son pain d’hier et de demain. 

Un an de travail, c’est le temps qu’il a fallu pour le boulanger-pâtissier pour mettre au point sa recette. Réalisé à partir de pains invendus de la veille, il est le premier à créer une miche de pain avec des invendus. “Le pain d’hier et de demain est un pain qui a une histoire. Il résulte de la fusion d’anciens pains et c’est un peu magique de se dire qu’on peut créer quelque chose de tout à fait nouveau et goûteux sans rien jeter ni gâcher”.

C’est en Autriche, au contact d’un vieil ami que le boulanger a découvert cette technique de fabrication du pain consistant à réutiliser du vieux pain invendu. Fasciné par ce processus, Benoit Castel a travaillé à la création de son propre pain d’hier et de demain.

Un nouveau pain sans gâcher !

Pour créer cette recette, le boulanger rassemble tous les pains invendus avant de les torréfier au four afin d’obtenir une texture proche de la biscotte. D’abord transformé en chapelure fine, le pain toasté est ensuite mélangé à de l’eau bouillante donnant une crème de pain à la couleur très brune. Il y incorpore une farine bio et du levain naturel fait maison, pour obtenir une pâte à pain. Après deux heures au four, la pâte à pain se transforme en un pain – d’hier et de demain – avec une belle croûte, bien moelleux à l’intérieur !

Un nouveau pain qui rejoint les étales du boulanger, à retrouver dans les boutiques de Benoit Castel de Paris ou sur l’e-shop. Comptez 9 euros pour une miche de 1 kilo.

Guillaume Czerw
Guillaume Czerw