La musique live était au rendez-vous lors de la 8ème édition de la soirée Art Is A Live au New Morning, à Paris.

Depuis 2012, Art Is A Live organise des événements où les arts se mélangent pour ne former qu’un tout. Dessins, photos, vidéos, et bien sûr musique, partie intégrante des soirées Art Is A Live. De nombreux artistes se sont succédé sur la scène du New Morning et pas des moindres : Crazy B des Birdy Nam Nam, Sly Johnson, ex-membre des Saian Supa Crew, Hippocampe Fou

Pour cette 8ème édition, trois invités de prestige étaient au programme : l’électro minimale de Thylacine, l’abstract hip-hop du jeune Fakear et le son dubstep de DJ Fly.

On commence la soirée par Thylacine. Avec sa MPC, le DJ français a mixé une musique puissante, pendant près d’une heure, à mi-chemin entre trip-hop et minimale. L’artiste, originaire d’Angers, s’est notamment appuyé sur les titres de son premier EP, « Intuitive« , ses derniers morceaux, « Antidote » et « Berlingot » ainsi que de nombreuses nouveautés. C’est donc sur une bonne note que la soirée Art Is A Live débute.

© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec

Il est 22h. Le New Morning est désormais plein à craquer pour accueillir le caennais Fakear. Un nom qui vous dit sûrement quelque chose puisqu’Untitled a eu la chance de l’interviewer. A seulement 22 ans, avec l’aide de deux MPC, il a déployé, pendant plus d’une heure, un son qui fait voyager le public aux quatre coins du monde. Il a joué la plupart des morceaux de ses deux EP, « Dark Lands« , le désormais célèbre « Morning in Japan » et des titres inédits. Il a également passé son remix de « Sleepless » de Flume, pour le plus grand plaisir du public. Lors de son set, le DJ a invité, pour la première fois, la chanteuse O’Kobbo, le temps de deux morceaux. Un vraie performance live qui a conquis le public du New Morning.

© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec

C’est au tour de DJ Fly de déployer sa célèbre dubstep. Le DJ lyonnais, double champion de monde de deejaying, a mixé pendant 2h. Il a montré toute sa technicité sur ses platines vinyles, alternant la dubstep, l’électro, et le hip-hop avec des morceaux indémodables comme « The Message » de Grandmaster Flash ou « Jump Around » de House Of Pain. Autant dire que DJ Fly n’a pas eu de mal à prolonger l’ambiance jusqu’à la fin de la soirée.

© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec

En plus du live, des illustrateurs avaient pour mission de dessiner durant la soirée. Une mission remplie haut la main grâce à une fresque en noir et blanc magnifique.

© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec

Une huitième soirée Art Is A Live qui a donc tenu toutes ses promesses. On espère plus qu’une chose : vivement la neuvième édition !

© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec
© Cyril Coantiec

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here