Après le succès d’un album puis d’un premier roman, Gaël Faye se produira en  France avec des lectures musicales. Comme pour conjuguer au mieux ses deux passions nées d’une enfance tourmentée.

Tout au long de l’automne, Gaël Faye vous donne rendez-vous aux quatre coins de la France pour découvrir ses lectures musicales aux côtés du guitariste Samuel Kamanzi. Avec plusieurs extraits de son roman « Petit pays », prix Goncourt des lycéens et prix du roman Fnac 2016, ainsi que plusieurs chansons de son répertoire, Gaël Faye nous transporte dans son univers singulier le temps d’un spectacle. Un voyage entre la France et le Burundi où l’on découvre son enfance bouleversée par l’arrivée de la guerre civile.

https://www.youtube.com/watch?v=akkbGP7erxU

Gaël Faye : « ma gueule est un musée »

Depuis sa naissance, Gaël Faye n’a cessé de jongler entre différentes vies. Parti du Rwanda en 1994 pour fuir l’horreur du génocide contre le groupe de population Tutsi, il découvre la France, les Yvelines, le rap. Après de brillantes études et un master de finance, le jeune franco-rwandais part travailler dans le quartier d’affaires de la City à Londres pour un fonds d’investissement privé. C’est alors qu’il décide de tout quitter pour emprunter une voie(x) plus artistique. « C’est pour ça que je l’ouvre, ma gueule est un musée » chante-t-il dans la chanson ‘Paris métèque‘.

Petit pays, grand succès

Quelques années plus tard son premier roman « Petit pays » (Éditions Grasset) auréolé de nombreux prix et imprimé à 400 000 exemplaires le propulse en deuxième position des meilleures ventes de livres de l’année. En parallèle, son album « Pili Pili sur un croissant au beurre » suivi de son EP « Rythmes et botaniques » sont unanimement reconnus par la critique. Gaël Faye exprime grâce à plusieurs supports les maux de son riche passé. « J’ai écrit parce que j’avais peur ».

De ses nombreux travaux, le jeune artiste propose une étude commune de son histoire ô combien captivante et envoutante. L’une de ses chansons porte d’ailleurs le nom de son tout premier roman. Comme pour tracer un pont supplémentaire entre ses deux passions cicatrisantes. Aller découvrir ces lectures musicales ne peut donc être que fortement recommandé. D’autant plus lorsque l’on connaît la réputation des salles qui l’invitent pour cette tournée (La maison de la poésie à Paris ou encore Les Bains Douches de Lignières).

Le roman « Petit pays » est désormais disponible en Livre de poche. Son nouvel EP « Rythmes et botanique » est à écouter sur les plateformes musicales

SHARE
Culture & Société