C’est dans le cadre d’une consultation citoyenne lancée par la RATP pour améliorer ses services du métro, qu’une internaute nommée Susana F. a lancé l’idée en novembre 2016 : « Il paraît que la qualité de l’air qui circule dans le métro parisien est plus qu’irrespirable : pourquoi ne pas investir dans les plantes dépolluantes ? En plus d’être utiles, elles mettront un peu de couleurs dans les stations ».

Un métro plus vert

La proposition rencontre très vite un franc succès, au point de devenir le projet le plus plébiscité de cette consultation, avec plus de 6000 voix sur les 47 000 votes. « Cette vaste consultation répond à l’ambition de la RATP d’incarner la mobilité durable au service des voyageurs. Nous avons choisi d’associer les voyageurs à cette démarche afin de créer une offre de nouveaux services conçue au plus près de leurs attentes », expliquait Elisabeth Borne, directrice du groupe ferroviaire.

© Pascal Terjan / Flickr
© Pascal Terjan / Flickr

Un défi technique pour la RATP

La société de transports s’engage à mettre en place cette mesure dès que possible. Mais comment réussir à végétaliser un espace si confiné ? De même, comment arriver à apporter l’eau et la lumière nécessaire aux diverses plantations ? Et plus généralement, quelle végétation peut résister à de telles conditions ? Autant de défis techniques auxquels doit répondre la RATP. Franc Aviv, directeur du département services et espaces multimodaux expliquent avoir pour cela plusieurs solutions : « Deux pistes de réflexion sont privilégiées, La première serait d’intégrer des murs végétaux, avec l’inconvénient que cela a un coût significatif. On se limiterait alors peut-être dans un premier temps aux stations en plein air. On peut imaginer une démarche collaborative avec des associations ou des écoles d’horticulture ».

Ce projet de végétalisation s’inscrit dans la continuité de la politique menée par la mairie de Paris. Développer la nature en ville : c’est en effet l’objectif ambitieux du programme de végétalisation de la mairie de Paris sur la mandature 2014/2020.

En chiffres :
• 30 hectares supplémentaires de jardins ouverts au public,
• 20 000 nouveaux arbres plantés,
• 200 projets de végétalisation participative dans le cadre de l’opération « Du vert près de chez moi »,
• développement des fermes pédagogiques, vergers et potagers dans les écoles…
• 100 hectares de végétalisation sur les murs et toits, dont un tiers dédié à l’agriculture urbaine.

SHARE
Culture & Société