Publié clandestinement en 1942, traduit en dix langues et parachuté par la RAF sur l’Europe occupée, « Liberté » de Paul Eluard est un poème mythique : avec ses vingt et un quatrains, il a la ferveur d’une déclaration d’amour et la force d’un mot d’ordre. En novembre 2016, « Liberté j’écris ton nom », le poème de Paul Eluard illustré par Fernand Léger, reparaît chez Seghers à l’identique de l’édition originale, datée de 1953.

Cette rencontre entre le poète émérite Paul Éluard et le célèbre peintre cubiste Fernand Léger sublime cette ode à la liberté écrite pendant la Seconde Guerre mondiale. Les Editions Seghers (Robert Laffont) nous proposent ainsi de redécouvrir ce poème au lendemain d’aune série d’attentats ayant touché la France.

Au sujet de ce poème, Paul Éluard écrivait : « Je pensais révéler pour conclure le nom de la femme que j’aimais, à qui ce poème était destiné. Mais je me suis vite aperçu que le seul mot que j’avais en tête était le mot Liberté. Ainsi, la femme que j’aimais incarnait un désir plus grand qu’elle. Je la confondais avec mon aspiration la plus sublime, et ce mot Liberté n’était lui-même dans tout mon poème que pour éterniser une très simple volonté, très quotidienne, très appliquée, celle de se libérer de l’Occupant ».

« Plus qu’un poème, un vibrant appel à lutter contre toutes les oppressions ; Plus qu’une affiche, une oeuvre intemporelle qui célèbre la joie et la beauté de la vie ; un objet culte enfin réédité et accessible à tous »   Seghers Editions

Sur l’absence sans désirs
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenirs
J’écris ton nom

« Liberté j’écris ton nom » de Paul Éluard
Illustré par Fernand Leger
Seghers Editions
38 euros