Tout l’été, et chaque semaine, Untitled Magazine vous propose trois livres à lire. Que vous soyez dans votre maison de campagne, au bord de la plage, entre amis ou encore au travail, vous devriez trouver votre bonheur.

Le garçon de l’ombre, Carl-Johan Vallgren

9782253086390

1970, Stockholm, un petit garçon disparaît mystérieusement sur le quai d’un métro. Plus de trente ans plus tard, c’est au tour de son frère de s’évaporer dans la nature. Héritier d’une riche famille suédoise, personne ne croit à son enlèvement… Mais un ancien junkie, connaissance de jeunesse, décide de s’en occuper. En parallèle, une policière divorcée n’accepte pas non plus l’hypothèse de la disparition volontaire et mène sa propre enquête.

Entre souvenirs d’enfance, drogues et difficultés familiales, un polar qui nous parle de la société dans toute sa violence, dans toute son horreur, mais surtout dans toute son authenticité. L’enquête actuelle s’entrecroise avec celle du passé, responsable du naufrage d’une famille et nous plonge dans une temporalité perturbée qui nous fait remonter le temps. Grâce à une prose agréable, prenante et honnête, l’auteur nous offre une intrigue en crescendo de laquelle on finira par avoir du mal à se détacher.

Le garçon de l’ombre, Carl-Johan Vallgren, Le livre de poche, 8€10, 413 pages

 

Les petits vieux d’Helsinki font le mur, Minna Lindgren

Tout n’est pas de tout repos dans la résidence du Bois du Couchant. Comme les autres résidents, Siiri et Irma doivent faire face aux travaux de rénovation, débutés dans tout le bâtiment, après une histoire – plus que louche – de plomberie. Au même moment, mensonges et vols mystérieux se succèdent dans la résidence. C’en est trop pour Siiri, qui décide de partir en colocation dans son propre appartement, entraînant dans sa vie ses amis de longue date.

Entre parties de cartes, cours d´Internet, balades dans les rues d´Helsinki et recherche d’un nouveau foyer, les petits vieux reviennent en grande forme dans ce nouveau tome de la trilogie de Minna Lindgren. Ce polar original – qui est aussi une bonne comédie – pousse notre réflexion sur la place des personnes âgées dans notre société. Avec un ton cynique et un humour noir, l’auteur aborde avec facilité la question de la mort… et l’après !

Les petits vieux d’Helsinki font le mur, Minna Lindgren, Points, 7€70, 384 pages

Vivre et mentir à Téhéran, Ramita Navai

Il y a Farideh, une femme divorcée, Somayeh, une jeune fille amoureuse d’un play-boy, Leyla, une actrice porno, Dariusj, un terroriste repenti… Tous se promènent sur l’avenue Vali Asr, tous témoignent de cette vie à Téhéran. Parce que vivre, mentir, aimer, s’échapper, c’est se permettre d’exister !

A travers ces différents personnages, Ramita Navai dresse le portrait de l’Iran partagé entre modernité et répression. A l’image de la ville de Téhéran, ce roman – dressant son quotidien dans ses moindres détails – est à la fois complexe et fascinant. Le plus intriguant, c’est qu’on se pose encore la question de savoir si on se trouve dans une nouvelle ou dans un reportage. Bluffant !

Vivre et mentir à Téhéran, Ramita Navai, 10/18, 8€10, 384 pages

Mathilde Ciulla & Marie Heckenbenner

 

 

 

 

SHARE
Journaliste et fondatrice de untitledmag.fr Contact mail : m.heckenbenner@untitledmag.fr